Japon : quiproquo sur l'abdication possible de l'empereur Akihito

Par , publié le
International L'empereur du Japon Akihito accompagné de l'impératrice Michiko en juillet 2012.
L'empereur du Japon Akihito accompagné de l'impératrice Michiko en juillet 2012.

Hier soir, une grande chaîne de télévision publique japonaise a annoncé que l'empereur Akihito envisageait d'abdiquer. Une agence de presse reconnue a par la suite confirmé l'information avant qu'un cinglant démenti ne soit donné.

Hier soir, la chaîne de télévision publique nippone "NHK", connue pour son sérieux, a créé la stupeur en annonçant que l'empereur du Japon Akihito, âgé de 82 ans, avait confié à des proches qu'il envisageait d'abdiquer dans quelques années au profit du prince héritier Naruhito, assurant que celui-ci soutenait la démarche de son père. Une information qui a rapidement été confirmée par l'agence de presse japonaise "Kyodo". Un peu plus tard, un haut responsable de la maison impériale venait apporter un cinglant démenti à l'information assurant que "Ce n'est absolument pas vrai". Une telle abdication serait une première depuis près de deux siècles et n'est pas prévue par la loi.

Un empereur du Japon diminué par l'âge et sa santé

Sur le trône depuis 1989, Akihito est vieillissant. L'empereur nippon a, ces dernières années, été obligé de réduire ses activités, renonçant dès 2009 à prononcer un discours lors de ses visites de villes japonaises et réduit ses activités protocolaires notamment avec les dirigeants étrangers et les responsables locaux. Son âge et son état de santé ne lui permettant plus d'assumer pleinement son rôle.

Selon la chaîne de télévision "NHK"  et l'agence de presse "Kyodo", le souverain aurait confié à son entourage son envie de voir sur le trône nippon une personne à même d'assumer pleinement "les devoirs liés à sa charge". Cette information jugée explosive au pays du soleil levant pourrait être véridique en dépit du démenti apporté par la maison impériale. Les deux sites d'informations, connus pour leur sérieux, n'auraient certainement pas dévoilé une telle information sans être certains de leurs sources.

Une abdication pas prévue par la loi

L'actuelle loi sur la maison impériale qui régit le statut de l'empereur au Japon ne prévoit pas le cas d'une abdication. Le texte de loi prévoit uniquement qu'"en cas de décès de l’empereur, l’héritier impérial doit immédiatement monter sur le trône". Il faudrait donc pour cela modifier le texte de loi régissant le statut de l'empereur nippon ce qui nécessiterait vraisemblablement plusieurs années.

La famille impériale est très respectée au Japon. Toute polémique à son sujet est tabou. Invité à se prononcer sur le sujet, Shinzo Abe, le Premier ministre, a refusé tout commentaire tout comme le porte-parole du gouvernement. Tsutomu Sato, le responsable des affaires parlementaires du parti au pouvoir a cependant ouvert la voie à une telle modification de la loi en déclarant "Je pense qu’il faut modifier la législation encadrant le fonctionnement de la Maison impériale".

Partager cet article

Pour en savoir plus