Renaud : un retour motivé par Grand Corps Malade

Par , publié le
People Le chanteur Renaud.
Le chanteur Renaud.

Dans un entretien accordé à Télérama, le chanteur Renaud y raconte notamment comment son retour sur la scène musicale s'est mis en place, en plus d'y avouer sa peur des médias.

Au fil de ses récentes sorties, Renaud apparaît toujours plus décidé à opérer son retour sur la scène musicale. Après le succès rencontré par le premier extrait de son prochain album, "Toujours debout", l'homme au bandana a repris ses chroniques au sein de Charlie Hebdo en sachant que "ça va faire plaisir à d’aucuns" et "surtout [...] en énerver plus d’un".

Visiblement l'artiste le plus apprécié pour sa sobriété retrouvée s'est récemment entretenu auprès de nos confrères de Télérama. Dans ces confessions, qui se livreront dans leur apparente intégralité mercredi, Renaud y explique notamment qu'il n'entrevoyait pas de revenir dans le monde de la chanson jusqu'à il y a encore quelques mois.

Grand Corps Malade a "redonné le goût de l'écriture" à Renaud

"Il y a encore un an, je ne pensais pas revenir. Jusqu'à ce que Grand Corps Malade, que je connaissais déjà un peu, vienne me voir ici, et me propose de participer à son album collectif, 'Il nous restera ça'. Chaque auteur devait y faire un texte, en y intégrant cette phrase, 'il nous restera ça'… J'ai écrit 'Ta batterie', en pensant à mon fils Malone, et ça ma redonné le goût de l'écriture – bien que celui des boissons anisées perdurait encore à ce moment-là. Puis à l’automne, à Bruxelles, je suis entré en studio pour enregistrer."

L'occasion de faire une découverte salutaire : "Mais j’étais incapable de chanter. Plus de voix. Je suis allé dans une clinique pendant deux semaines pour un bilan complet. Il n’y a que le cœur qui était en danger. Ils m’ont mis sous perfusion et tout est rentré dans l’ordre. Puis j’ai vu un addictologue pour l’alcool et je me suis arrêté tout seul, du jour au lendemain. Le 21 mars, cela fera exactement six mois que je n’ai pas bu une goutte. Même dans un Mon Chéri. Et je m’en porte à merveille."

Médias : "J'ai peur d'eux"

Sur le sujet de la presse qu'il confirme ne pas vraiment apprécier, le célèbre interprète de Mistral gagnant reconnaît également en éprouver une certaine peur : "J’ai même eu des paparazzis sur le dos, ce qui est une honte – et à la fois, j’ai donné beaucoup d’interviews. Trop. Les médias ne m’ont pas épargné. Très vite, on m’a accusé d’être un usurpateur, un petit-bourgeois déguisé en loubard, tout ça parce que j’avais eu le malheur de parler de mes origines familiales." Et la famille, il en sera très certainement de nouveau question dans son dix-septième opus studio, dont le lancement est attendu pour le 8 avril prochain.

Crédits photos : BALTEL/SIPA/Phototele.com

Partager cet article