Isabelle Adjani explique son absence par "des périodes de deuil"

Par , publié le
People Isabelle Adjani dans "Carole Matthieu"
Isabelle Adjani dans "Carole Matthieu"

Prochainement à l'affiche de "Carole Matthieu" au cinéma, Isabelle Adjani s'exprime aujourd'hui sur le pourquoi de son absence, soit "des périodes de deuil" qu'il lui a fallu traverser.

Entre autres connue pour sa discrétion dans les médias, Isabelle Adjani se veut néanmoins présente au moins une fois par an au cinéma, et ce depuis plusieurs années et son retour en 2009 avec La journée de la jupe. Si elle aura sauté 2015, on la retrouvera malgré tout sans faute cette année avec le lancement, le 7 décembre prochain dans les salles, du drame Carole Matthieu de Louis-Julien Petit.

Auprès de nos confrères de L'Express, la comédienne revient sur son absence via-à-vis de son public, qu'elle explique ainsi par "des périodes de deuil. Familiaux ou sentimentaux." Avant de poursuivre : "Des amis perdus, la maladie de ma mère, puis sa mort, puis celle de mon frère... Alors je ne bouge plus."

Absence d'Isabelle Adjani : "Je ne bouge plus"

"Et puis il y a ma séparation d'avec Bruno Nuytten le metteur en scène de Camille Claudel [NDLR : un film qui aura valu à Isabelle Adjani de remporter le César de la meilleure actrice en 1989]". Pour Isabelle Adjani, il a été question là d'"une réelle rupture, comme un décès, la perte artistique la plus douloureuse" qu'elle ait connue : "J'ai su que je n'aurais plus envie de faire du cinéma comme avant".

"L'Été meurtrier", un rôle difficile à accepter

La comédienne s'exprime ensuite sur la difficulté qui a été la sienne d'accepter de tourner dans L'Été meurtrier : "Je ne pouvais pas apparaître nue à cause de mon père. Pour un Algérien aux principes d'éducation très stricts, ce rôle d'une jeune femme qui se sert de son impudeur pour tuer les hommes n'était pas une chose envisageable".

L'histoire retiendra qu'elle aura finalement consenti à jouer Éliane Wieck sous la direction de Jean Becker, même si elle dit avoir été "payée des cacahuètes". "Et puis finalement, très malade depuis des années, mon père est mort avant la sortie du film". Un père qui, raconte-t-elle, levait la main sur la "toute jeune personne" qu'elle était lorsque "des inconnus tarés" envoyaient à son père et à leurs voisins "des lettres anonymes pleines d'horreur".

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article