Antilles : 50 Cent doit payer une amende de 1.800 dollars pour langage grossier

Par , publié le
People 50 Cent
50 Cent

Le rappeur 50 Cent a été arrêté dans les Antilles pour y avoir, durant un concert, usé à plusieurs reprises d'un langage grossier. Et d'avoir été contraint à payer une amende de 1.800 dollars pour régler sa situation.

S'il ignorait la loi, la loi se sera rappelée à lui. En fait, le rappeur 50 Cent avait été prévenu, alors qu'il allait se produire sur une scène des Antilles : les organisateurs du St. Kitts Music Festival lui avaient ainsi demandé de ne pas user d'un langage grossier devant les 40.000 spectateurs appelés à être présents.

C'est en tout cas que qu'ont rapporté des sources du site TMZ. Il apparaît également que le DJ n'avait pas en sa possession une version "propre" des titres que 50 Cent devait interpréter. Et au moment où le terme incriminé ("motherf.....") a été prononcé, le rappeur n'a pas éloigné le micro de sa bouche, une attitude ayant été considérée comme contrevenante.

50 Cent arrêté après avoir utilisé le mot "motherf....." aux Antilles

Les forces de l'ordre ne sont toutefois allées à sa rencontre qu'à l'issue de son concert, avant de lui demander de les suivre jusqu'au poste de police. Le rappeur y aura donc été retenu pour avoir proféré des insultes en public. Si l'on nous précise qu'il s'agit là d'une offense de faible gravité, 50 Cent était toutefois censé attendre jusqu'à lundi pour se présenter devant les tribunaux et y payer une amende de 1.800 dollars (environ 1.600 euros).

#50cent #PIMP #stkitts #stkittsmusicvestifle

A video posted by Samantha Stowe (@yayysamm) on

Le rappeur appelé pour être l'animateur du spectacle

Un représentant du rappeur a depuis déclaré que 50 Cent avait été convié au spectacle en tant qu'animateur et non comme un interprète. Et d'avoir ajouté que la performance a été un grand succès et que, "pour les prochains voyages à St-Kitts, il laissera le motherf..... aux États-Unis". Il est enfin rapporté que le rappeur aurait déjà payé l'amende avant de repartir au pays de l'Oncle Sam.

50 Cent n'est pas le premier artiste à se faire rappeler à l'ordre avoir prononcé des paroles injurieuses sur une scène des Antilles. En 2003, son collègue DMX avait ainsi été arrêté à Saint-Christophe-et-Niévès pour ce même motif.

Crédits photos : Everett Collection / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus