Gérard Depardieu : les "Alcooliques anonymes" lui donnent envie de boire

Par , publié le
People
Gérard Depardieu dans "Ce soir ou jamais"

En promotion sur France 2 pour la sortie de son livre "Innocent", Gérard Depardieu a déclaré à William Leymergie ne reconnaître qu'une utilité toute relative aux "Alcooliques anonymes".

Cela faisait depuis plusieurs années que le comédien franco-russe Gérard Depardieu n'avait plus accordé d'entretien à la télévision française, exception faite de quelques interventions que le Petit Journal de Canal+ sera parvenu à obtenir. Pour promouvoir son livre Innocent, paru le 18 novembre dernier aux Éditions le Cherche MIDI, on l'a cependant vu à deux reprises sur France Télévisions.

Gérard Depardieu est ainsi apparu dans La Grande Librairie de France 5 et dans l'émission de William Leymergie diffusée sur France 2 Télématin. Dans cette dernière, l'acteur est revenu sur son penchant très prononcé pour l'alcool, qu'il a d'ailleurs semblé déplorer : "C’est d’une tristesse totale quand on se rend compte qu’on est addict à quelque chose."

"Alcooliques anonymes" : Depardieu a "honneur de ces gens-là"

Pas question toutefois pour lui de se rendre aux réunions des "Alcooliques anonymes", qu'il estime contre-productives : "Bonjour, je m’appelle Gérard, j’ai bu 13 bouteilles de vin rouge, là, trois bouteilles de pastis et de whisky. J’ai horreur de ces gens-là, les Alcooliques anonymes, c’est de la m..de. Ça te donne envie de boire à mort."

"J'ai mes périodes de connard total"

Sur une note plus positive, Gérard Depardieu n'a également pas manqué de louer sa faculté à adopter, par moments, un comportement quelque peu stupide : "J'ai mes périodes de connard total, que je revendique et que j'assume. C'est formidable d'être un con." Des propos qui se trouvent être plus ou moins raccord avec le texte avec lequel les Éditions le Cherche MIDI présentent son ouvrage : "Je revendique complètement ma connerie et mes dérapages. Parce qu'il y a là quelque chose de vrai. Et si on ne dérape jamais, c'est souvent qu'on est un peu con." William Leymergie a rapporté par la suite, auprès du Parisien/Aujourd'hui en France, ses impressions suite à ce contact avec celui qui ne "cherche pas à être un saint" : "Interviewer Gérard, c'est “Bienvenue en terre inconnue. [...] Il y a tellement de choses qui se bousculent au portillon dans sa tête. Il vagabonde. La pensée est cohérente, mais la mise en forme décousue."

Crédits photos : © Phototélé / Julien Knaub / FTV

Partager cet article

Pour en savoir plus