Chasse à la baleine : une société japonaise condamnée par la justice australienne

Par , publié le
Environnement
Illustration. Une baleine au large de la Nouvelle-Zélande.

La société japonaise Kyodo Senpaku Kaisha a été condamnée par la justice australienne à des amendes d'un total d'un million de dollars, ainsi reconnue coupable de la violation de plusieurs dispositions de la loi sur la protection de l'environnement et de la biodiversité.

Mercredi, la justice australienne a condamné la société nippone Kyodo Senpaku Kaisha à des amendes d'un total d'un million de dollars australiens (soit près de 666.000 euros), la reconnaissant ainsi coupable de la violation de plusieurs dispositions de la loi sur la protection de l'environnement et de la biodiversité.

La Tribune de Genève nous informe que cette entreprise a écopé de cette peine suite à quatre campagnes de chasse à la baleine conduites entre 2008 et 2013 et l'ayant amenée a minima à tuer des dizaines de cétacés au sein d'un sanctuaire de l'océan Austral.

Australie : la Kyodo Senpaku Kaisha condamnée pour quatre campagnes illégales de chasse à la baleine

Plus concrètement, la Kyodo Senpaku Kaishu a été sanctionnée pour chacune de ces campagnes alors qu'il est interdit de chasser à la baleine dans la zone en question depuis 2008. Ont donc été prononcées à son encontre quatre amendes d'un montant unitaire de 250.000 dollars australiens (environ 166.000 euros).

Quatre amendes d'un total d'un million de dollars australiens

Michael Kennedy, à la tête de l'ONG Humane Society International (HSI) et également à l'origine de ce recours en justice, a indiqué qu'"aux termes de la loi australienne, les baleines présentes dans le sanctuaire baleinier australien des eaux australiennes de l'Antarctique bénéficient d'une protection totale". M. Kennedy considère que dans son verdict, la Cour fédérale a jugé la violation de la société japonaise "délibérée, systématique et durable". Et HSI d'avoir demandé au gouvernement australien d'en profiter pour multiplier ses efforts diplomatiques à l'encontre du Japon, et ce afin de s'assurer que Tokyo soit bien au fait des conséquences qui pourraient découler d'une nouvelle chasse à la baleine dans l'océan Astral. Depuis plusieurs dizaines d'années, le pays nippon passe outre l'interdiction de chasse à la baleine en évoquant une exception permettant des prises quand la campagne se déroule dans un cadre scientifique.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus