L'émission Super Nanny accusée de maltraitance, le CSA saisi

Par , publié le
Télévision
Sylvie Jenaly, la "Super Nanny" de NT1

Une pétition réunissant plus de 2000 signataires a été transmise au CSA pour dénoncer les pratiques de Sylvie Jenaly, la « Super Nanny » de TF1.

La Super Nanny de TF1 va-t-elle se faire taper sur les doigts par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) ? Apparemment, les méthodes parfois musclées de la super nounou que l’on retrouve sur TF1 et NT1 ne sont pas du goût de certains téléspectateurs qui ont lancé une pétition transmise au CSA et au président de la République afin de réclamer la suppression de l’émission.

Accusations de « violence éducative »

La pétition, signée par plus de 2000 personnes, a été lancée à l’initiative de Bernadette Gautier, thérapeute d’une association d’aide à la parentalité. Interrogée par nos confrères du journal Le Parisien, la praticienne a précisé ses accusations sur TF1 et sa Super Nanny.

Pour la thérapeute, l’émission est coupable de « violence éducative » et ne respecte pas « les droits des enfants en les montrant dans des situations dégradantes ». En effet, Bernadette Gautier précise que les enfants sont filmés dans l’intimité familiale sans leur consentement.

Certaines pratiques de Sylvie Jenaly pour remettre les enfants dans le droit chemin sont également jugées comme « humiliantes », notamment car les enfants sont ainsi exposés aux moqueries de leurs camarades après la diffusion de l’émission. La thérapeute prend l’exemple d’une maman brossant les dents de son enfant de 11 ans dans une émission diffusée récemment.

La production défend son produit

La société de production de l’émission, Shine France, a tenu à défendre sa nounou d’enfer. « Sylvie est une grande professionnelle qui, depuis près de vingt ans, défend le bien-être des enfants, assure la production au Parisien. “Elle prône une éducation basée sur l’écoute et l’échange au travers de règles et d’un cadre nécessaire aux enfants.”

Le dossier est désormais entre les mains du CSA qui, après étude des reproches adressés dans la pétition, décidera d’instruire le dossier ou non. Depuis le 11 novembre 2013, Sylvie Jenaly a pris la place de l’emblématique Cathy Sarraï, décédée en 2010.

Crédits photos : capture d'écran

Partager cet article

Pour en savoir plus