Alimentation : 54% des produits n'indiquent pas l'origine de la viande

Par , publié le | modifié le
Société scandale viande de mouton

Dans un rapport publié aujourd'hui, UFC Que Choisir dénonce le manque de transparence des industriels sur la provenance de la viande utilisée dans les plats préparés. Un constat qui intervient 3 ans après le scandale de la viande de cheval.

Cela fait désormais 3 ans que l’affaire des lasagnes à la viande de cheval a secoué l’Europe, mettant dans le même temps en lumière l’opacité des circuits de transformation et de distribution des produits à base de viandes.

Si à l’époque, nous pensions que ce scandale permettrait de bousculer les habitudes en matière de traçabilité, l’étude publiée aujourd’hui par l’association UFC-Que Choisir montre qu’en réalité, rien n’a vraiment changé.

UFC Que choisir se penche sur les produits à base de viandes

L’association de défense des consommateurs a étudié de près les étiquettes informatives de 245 aliments consommés régulièrement et qui sont fabriqués à base de viandes (bœuf, porc ou poulet). Ces 245 produits proviennent de 13 marques nationales bien connues du grand public et de 7 enseignes de la grande distribution.

Le constat est sans appel, puisque 54 % des produits testés n’indiquent pas la provenance de la viande utilisée dans leur confection.

Le poulet le plus opaque. Le bœuf bon élève

Dans le détail, UFC Que Chosir a relevé que le poulet restait le produit le plus opaque, car 74% des produits l’incluant dans leur recette n’indiquent pas sa provenance. Le porc de son côté obtient la deuxième place avec 57% et le bœuf reste le produit pour lequel les industriels sont le plus transparents puisque sa provenance n’est pas indiquée « que » dans 30% des cas.

Au niveau des marques, les bons élèves restent Le Gaulois, Charal, Marie, Findus ou Zanetti chez qui 100% des produits étudiés mentionnent l’origine de la viande utilisée. À contrario, Daunat, Père Dodu et Sodexo, n’indiquait jamais l’origine de la viande dans les produits étudiés par UFC. Chez la grande distribution, le constat n’est pas meilleur.  À part Intermarché qui est transparent sur 84% de ses produits transformés, Carrefour, Système U, Leclerc ou encore Auchan n’informent pas assez leurs clients, assure l’UFC-Que Choisir. L’ensemble de l’étude est à retrouver sur le site web de l'association

Partager cet article

Pour en savoir plus