La Réunion : un surfeur victime d'une attaque de requin dans un état critique

Par , publié le
France Un requin (image d'illustration)
Un requin (image d'illustration)

Samedi après-midi, un jeune surfeur a été attaqué par un requin au large d'une plage de La Réunion. Grièvement blessée aux niveaux du bras droit et du pied, la victime se trouve désormais entre la vie et la mort.

Les faits se sont produits samedi en fin après-midi au large de la plage de Boucan Cabot, sur l'île de La Réunion. Un jeune surfeur a été victime d'une attaque de requin qui l'aura lourdement blessé aux niveaux du bras droit et du pied. Cette personne se trouve aux dernières nouvelles dans un état critique.

Le surfeur, âgé d'une vingtaine d'années, se trouvait dans un groupe d'une dizaine de surfeurs lorsqu'un requin l'a pris pour cible. Le squale a alors sectionné le bras droit du jeune homme et lourdement mordu sa cheville. La victime ne doit visiblement son salut qu'à un maître nageur sauveteur qui l'aura ainsi ramené sur la plage pour lui permettre d'être médicalisé plus d'une heure durant.

Attaque de requin à La Réunion : un bras droit sectionné

Nos confrères de RTL.fr poursuivent en rapportant que le jeune surfeur a ensuite été héliporté en direction du centre hospitalier de Saint-Denis. Il y a encore quelques heures, il était encore entre la vie et la mort.

Il est à préciser que l'attaque a eu lieu alors que des filets anti-requins avaient été installés dans cette zone que l'on nous dit protégée. Malgré tout, après avoir constaté un trou de trois mètres dans le filets, causé par la houle, les maîtres nageurs sauveteurs avaient décidé de hisser le drapeau rouge, soit l'interdiction de se livrer à la baignade et aux activités nautiques.

Un trou de trois mètres dans des filets de protection

Avec ce nouveau drame, les attaques de requin observées depuis 2011 à La Réunion sont désormais au nombre de dix-neuf. Sept d'entre elles se sont avérées mortelles, plus de 50% de ces agressions concernant des surfeurs ou des bodyboarders.

Pour le directeur de l'Université de Floride George Burgess, cet augmentation d'attaques peut s'expliquer par l'élargissement des zones où les requins se nourrissent, ainsi que par une hausse des températures et du nombre de baigneurs.

Crédits photos : Stefan Pircher/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus