Ken Loach admet avoir "commis des erreurs sur un ou deux films"

Par , publié le
Cinéma
Ken Loach dans l'émission "C à vous"

À l'occasion de la sortie au cinéma de sa Palme d'or "Moi, Daniel Blake", le réalisateur Ken Loach répond aux questions de plusieurs cinéastes particulièrement au fait de sa carrière.

En mai dernier, Ken Loach recevait la seconde Palme d'or de sa carrière avec Moi, Daniel Blake. Dix ans après avoir été pareillement décoré pour Le Vent se lève, le réalisateur anglais a ainsi connu un nouvel accueil des plus chaleureux à Cannes. Et c'est en ce mercredi que Moi, Daniel Blake se découvre au grand public avec sa sortie dans les salles obscures.

À cette occasion, Ken Loach a accepté de répondre aux questions ciblées d'un certain nombre de cinéastes férus de son travail. Dans des propos rapportés par nos confrères de L'Express, Emmanuelle Bercot lui demande par exemple si l'un de ses propres films lui déplaît, et si oui pourquoi, et s'il est satisfait de son travail d'une manière générale.

"Moi, Daniel Blake" : le nouveau film de Loach au cinéma

"J'admets avoir commis des erreurs sur un ou deux films, franchement pas très réussis. Inutile d'insister, je ne vous donnerai pas les titres, par respect envers l'équipe. Et puis je préfère m'en souvenir comme d'un morceau de vie, d'un moment qui m'a transformé en tant qu'homme."

Claude Lelouch s'interroge quant à lui sur le nombre de films que Ken Loach part voir au cinéma : "Pas assez, hélas. Quand je suis à Londres, je n'ai pas le temps car je travaille, et près de chez moi, dans l'ouest de l'Angleterre, les cinémas ne programment que des blockbusters."

Fin de carrière : "Je n'ai encore rien décidé"

À Marie-Castille Mention Schaar, qui lui pose la question de savoir s'il a l'habitude de regarder un ou plusieurs films avant de démarrer un tournage, le réalisateur lui répond être "incapable de regarder un film avant d'en débuter un. Je n'ai de toute manière pas besoin de revoir 'La bataille d'Alger', les films tchèques de Milos Forman, certains chefs-d’œuvre de Bresson ou du néoréalisme italien, ils vivent en moi, je les connais par cœur, je m'inspire depuis toujours de leur rythme, de leur simplicité et de leur humanité."

Enfin, Virginie Efira souhaite infondées les rumeurs annonçant une fin de carrière pour Ken Loach : "Par chance, je me porte bien pour mon âge. Mais c'est un métier qui exige une telle endurance, une telle énergie. Pour être sincère, je n'ai encore rien décidé... "

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article