Attentats du 13 novembre : identification des suspects arrêtés en Autriche

Par , publié le | modifié le
International Photo d'illustration. Police et manifestation.
Photo d'illustration. Police et manifestation.

Le profil des deux suspects arrêtés en décembre dernier dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre vient d'être révélé. Ces deux hommes s'étaient infiltrés dans un groupe de migrants pour entrer en Europe.

Début décembre, deux hommes suspectés d'être liés aux attentats du 13 novembre avaient été arrêtés en Autriche pour possessions de faux documents. Et alors que l'on s'interrogeait sur la nationalité de ces suspects, possiblement française, on apprend en ce mercredi 9 mars 2016 que ces individus ont finalement été identifiés.

Des révélations émanant de nos confrères du Monde, qui nous rapportent pour commencer que l'un des deux membres du commando est un Pakistanais de 22 ans, lequel se faisait appeler Faisal A. et répondant en fait au nom de Muhammad U. Il nous est présenté comme un "artificier" ayant œuvré pour le compte de Lashkar-e-Jhangvi et Lashkar-e-Toiba, deux groupes djihadistes pakistanais pendjabis supposément proches d’Al-Qaida.

Un Pakistanais et un Algérien possiblement liés aux attentats du 13 novembre

Le second suspect est quant à lui un Algérien de 28 ans s'appelant Adel H., bien que s'étant précédemment présenté sous les noms de Fozi B. et Fozy A. C'est en février 2015 qu'il serait venu grossir les rangs de Daesh. L'audition des deux suspects aura permis de retracer le parcours les ayant conduits jusqu'en Europe.

Infiltrés dans un groupe de 199 migrants

Le 15 février 2015, Adel H. s'était envolé d'Alger pour Istanbul avant de rejoindre la Grèce en compagnie de Muhammad U. le 3 octobre de la même année. Ils s'infiltreront sur l'île de Leros au travers d'un groupe de 199 migrants qui renfermait également les deux kamikazes du Stade de France. Il semblerait que durant le même mois, Muhammad U. et Adel H. aient été arrêtés une première fois en Grèce pour "possession de faux passeports".

Visiblement relâchés le 28 octobre avec une invitation à quitter le territoire dans un délai d'un mois, les deux hommes se sont alors exécutés en optant pour l'Autriche comme nouvelle destination. D'après la source policière du Monde, l'incertitude demeure quant à leur implication plus si présumée dans les attentats du 13 novembre : on suppose ainsi qu'ils étaient censés soit commettre ces attentats à Paris, soit en perpétrer d'autres dans un autre pays de l'Union européenne.

Crédits photos : prochasson frederic / Shutterstock.com

Partager cet article