Grippe aviaire : un cas de contamination confirmé en Grande-Bretagne

Par , publié le | modifié le
International
Photo d'illustration. Un élevage de poules.

Si les risques en terme de santé publique sont faibles, le cas de grippe H7N7 décelé dans le nord ouest de la Grande-Bretagne est "hautement pathogène" pour les oiseaux. 170 000 volatiles auraient déjà été sacrifiés.

C'est un cas de grippe aviaire de souche H7N7 qui est donc avéré en Grande-Bretagne, dans une ferme du nord-ouest du royaume britannique.

Si cette souche se révèle être "hautement pathogène" pour les volatiles, le vétérinaire en chef du ministère britannique de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (Defra) Nigel Gibbens s'est voulu rassurant : "L’agence de protection alimentaire a déclaré qu’il n’y avait aucun risque pour les consommateurs en matière de sécurité alimentaire", peut-on lire dans un communiqué.

La souche qui avait conduit à l'abattage de 25 millions de volailles

Si sur le plan humain, aucun risque n'est évoqué, la même souche avait conduit en 2003 aux Pays-Bas à l'abattage de 25 millions de volailles.

Au Royaume-Uni, nous n'en sommes pas encore à ce nombre, même s'il est estimé que 170.000 oiseaux ont dû commencer à être abattus ce weekend. Il s'agit là d'une mesure de précaution car la manipulation d'oiseaux touchés par l'infection peut potentiellement atteindre l'homme qui les manipule, sans le même niveau de risques de mortalité. C'est ainsi que dans un rayon de 10 kilomètres autour de cette ferme de Preston, un périmètre sanitaire a été mis en place.

L'OMS souhaite le renforcement de la lutte contre la grippe aviaire

Cette fois, la grippe aviaire a touché tous les continents du monde, s'accompagnant de lourdes pertes en vies animales et de manque à gagner pour les industries agro-alimentaires. Et ce, quelle que soit la souche concernée.

A titre d'exemple, ce sont pas moins de 40 millions de volailles qui ont été éliminées aux États-Unis à cause d'une épidémie jamais observée de grippe aviaire (H5N2), qui a entraîné une hausse du prix des oeufs, a annoncé il y a quelques semaines le ministère américain de l'Agriculture.
Ou encore, deux cas de souche H7N7 et H5N8, toujours au Royaume-Uni ces derniers mois. Avec pour conséquence là encore l'abattage de volatiles.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article