Turin sous pression après deux fausses alertes à la bombe

Par , publié le
International La ville de Turin (photo d'illustration)
La ville de Turin (photo d'illustration)

La ville de Turin est depuis quelques jours confrontée à de fausses alertes à la bombe, obligeant les autorités à faire venir des équipes de déminage et procéder à des évacuations.

La ville de Turin en Italie est assez perturbée à l’approche des fêtes de Noël après deux fausses alertes à la bombe dimanche. Des appels anonymes faisaient état d’une menace dans un musée du centre-ville et dans un centre commercial non loin. Prenant les menaces très au sérieux, la police locale avait dès lors évacué le Mole Antonelliana, célèbre immeuble où se trouve le Musée national du cinéma.

Les appels mentionnaient une bombe qui exploserait dans la matinée. Après avoir bouclé les rues aux alentours, une équipe de déminage a minutieusement inspecté le quartier concerné, et a ensuite conclu à une fausse alerte. Alors qu’elle n’avait pas encore rédigé son rapport, la police reçoit un autre appel anonyme cette fois visant le centre commercial. Lieu très fréquenté en ces périodes de fête. Là encore, les autorités en ont conclu qu’il s’agissait de fausses alertes, mais cette fois sans évacuer les lieux.

La provenance de l’appel localisée

Selon les médias italiens, la provenance de l’appel provenait d’une cabine téléphonique du quartier de Lingotto. L’appel anonyme affirmait que la bombe avait été placée par des membres de Daesh. Ce n’est malheureusement pas la première fois que ces canulars arrivent. La semaine dernière déjà à Turin, les rues de Lingotto avaient été évacuées par des équipes de déminage, suite à un appel anonyme faisant état d’une bombe à proximité d’un magasin.

Les fausses alertes se multiplient

Des fausses alertes qui mettent les turinois sous tension. Ce lundi, la police locale a indiqué qu’une enquête était ouverte afin de trouver le ou les auteurs de ces fausses alertes, rappelant que ces canulars peuvent être punis d’une sévère amende assortie d’une peine de prison. Depuis les attentats de Paris en novembre dernier, de nombreuses fausses alertes sont recensées dans de nombreux pays européens, ou aux Etats-Unis. Preuve en est avec cette fausse alerte la semaine dernière, ayant obligé les écoles de Los Angeles à fermer.

Crédits photos : shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus