Le siège allemand de Facebook a été vandalisé 

Par , publié le | modifié le
International Facebook
Facebook

Samedi soir, des individus masqués ont vandalisé le siège allemand de Facebook situé à Hambourg.

Une quinzaine de personnes s'en sont prises samedi soir au bâtiment du siège allemand de Facebook. Les individus ont jeté de la peinture et des pierres avant de prendre la fuite, leurs motivations sont toujours inconnues.

Le siège allemand de Facebook vandalisé

C'est vers 21h qu'un groupe d'une quinzaine de personnes s'est présenté devant le bâtiment du siège de Facebook situé à Hambourg. Masqués et habillés en noir, les individus s'en sont pris au bâtiment en jetant de la peinture, des fumigènes et des pierres sur les vitres, la porte d'entrée et les murs. Un tag a également été retrouvé : "Facebook Dislike", faisant allusion à la nouvelle fonctionnalité "Je n'aime pas" qui serait en préparation.

Après avoir vandalisé le bâtiment abritant le siège allemand de Facebook à Hambourg, les individus ont pris la fuite et sont toujours recherchés par la police. Leurs motivations restent inconnues pour le moment.

Des militants lutant contre le racisme sur Facebook ?

Ces individus qui ont vandalisés samedi le siège de Facebook à Hambourg, pourraient être des militant de défense de la vie privée ou bien des militants qui souhaitent que Facebook agisse réellement contre les messages de haine souvent postés sur le réseau social. En Allemagne, Facebook a régulièrement été pointé du doigt suite à l'arrivée massive des migrants et à la décision du pays d'accueillir un million de demandeurs d'asile.

La ministre allemande de la justice Heiko Maas avait rapidement demandé à Facebook de mettre en place des mesures pour lutter contre les propos racistes, et le réseau social s'y était engagé. Facebook avait promis la mise en place de "trois nouvelles mesures pour faire face au racisme sur la plate-forme" mais la ministre allemande a invité l'entreprise à "en faire plus pour que son réseau ne devienne pas une cour de récréation pour l’extrême droite".

Partager cet article

Pour en savoir plus