Salaires de Paris Habitat : "le haut de la hiérarchie doit faire des efforts"

Par , publié le
Société Ian Brossat, Adjoint (PCF) à la Maire de Paris en charge du logement et de l'hébergement d'urgence
Ian Brossat, Adjoint (PCF) à la Maire de Paris en charge du logement et de l'hébergement d'urgence

La question des salaires de l'office public HLM Paris Habitat a été posée à son administrateur Ian Brossat. Lequel reconnaît que si les montants en vigueur sont conformes aux normes, des efforts doivent toutefois être consentis au sommet de la hiérarchie.

L'office public HLM Paris Habitat fait actuellement parler de lui de par le confort qu'il apporte à ses salariés, lesquels bénéficient par exemple de rémunérations conséquentes et de congés payés. Mais Paris Habitat flirte-t-il avec l'illégalité dans sa démarche d'attractivité ?

Nos confrères du Parisien se sont entretenus avec Ian Brossat, administrateur de l'office public HLM et adjoint (PCF) à la Maire de Paris chargé du logement et de l'hébergement d'urgence. Et de lui avoir demandé pour commencer si les suspicions émises par les corps de contrôles vis-à-vis des salaires de Paris Habitat est un sujet qui le taraude : "Il faut voir de quels personnels on parle. Pour les gardiens, nous devons maintenir leur nombre pour garantir une vraie qualité de vie aux habitants. Et ils doivent être correctement rémunérés."

207.00 euros par an pour le directeur général de Paris Habitat : des salaires "conformes" selon Ian Brossat

Et quand on lui demande s'il considère "raisonnable" le salaire annuel de 207.000 euros pour le directeur général de Paris Habitat Stéphane Dambrine, M. Brossat estime le montant règlementaire tout en appelant à une certaine remise en question du sommet de la pyramide : "Ces salaires sont conformes au secteur du logement social. Cela dit, oui, le haut de la hiérarchie doit faire des efforts. Dans une lettre adressée fin 2015 à nos quatre bailleurs sociaux, Anne Hidalgo leur fixe des objectifs clairs dans le cadre de la convention d'objectifs et de moyens qui les liera pour la période 2016-2020. Parmi eux, une 'sobriété budgétaire', surtout pour les cadres dirigeants, un très haut niveau de production de logements, des pratiques plus efficaces en matière d'attribution des logements et la lutte contre les 'anomalies d'occupation du parc'".

"Il faut de la morale et de l'éthique"

Le Parisien a par ailleurs appris à l'administrateur de Paris Habitat que le numéro trois de l'office public HLM y avait un logement au loyer bien inférieur au prix du marché. Et au vu de la réaction de Ian Brossat, il n'est pas dit qu'il en soit ainsi encore longtemps : "Cette situation est totalement injustifiée. Personne ne peut comprendre, vu le marché de l'immobilier, qu'on puisse avoir un logement aidé quand on gagne autant. Je vais demander aux bailleurs sociaux d'inscrire dès leur prochain conseil d'administration dans leur code de déontologie l'interdiction de tout accès à un logement aidé pour leurs cadres dirigeants. Il faut de la morale et de l'éthique."

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article