PS : une plainte de 3 adhérents pour l'obliger à organiser une primaire en 2017

Par , publié le
Politique Jean-Christophe Cambadélis
Jean-Christophe Cambadélis

Le TGI de Paris se penche sur la plainte de 3 adhérents du PS qui estiment que les statuts du parti l'obligent à organiser une primaire afin de désigner le candidat qui le représentera en 2017.

Le PS pourrait-il se voir contraint d'organiser une primaire en vue de l'élection présidentielle de 2017 ? 3 adhérents en tout cas le souhaitent ardemment, eux qui viennent d'assigner le parti devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris.

A l'origine de cette assignation, il ne s'agit pas simplement d'une volonté émanant de ces 3 adhérents, mais la seule lecture des statuts du PS.

Primaire : que stipulent ces fameux statuts ?

En clair, les statuts indiquent que "le candidat à la présidence de la République est désigné au travers de primaires citoyennes ouvertes à l'ensemble des citoyens adhérant aux valeurs de la République". Et ce n'est pas tout, ils enjoignent aussi : "au moins un an avant l'élection présidentielle, le Conseil national fixe le calendrier et les modalités d'organisation des primaires". Ce qui n'est clairement pas le cas à ce jour.

Les plaignants font savoir que le secrétaire secrétaire a déjà été contacté à ce sujet. Mais leur avocat William Bourdon précise à l'AFP: "Le silence répété de Jean-Christophe Cambadélis, le flou persistant qui existe sur la volonté du PS de respecter de façon effective sa loi interne justifie que la justice soit saisie". Quant à Yassir Hammoud, l'un des plaignants, il affirme que "Dans le contexte politique actuel, la primaire est notre seule chance de pouvoir l'emporter l'année prochaine".

Le Conseil national du PS a approuvé le principe d'une primaire

Mais pour le PS, et plus précisément Me Yves Baudelot, avocat, le PS "fait ce que prévoient les statuts". Selon lui, étant donné que le principe d'une primaire de la gauche et des écologistes en décembre 2016 a été approuvé en avril dernier, la demande des adhérents est "sans objet". De plus, ce point figure dans l'ordre du jour du prochain Conseil national du 18 juin.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus