Loi Travail : 19 interpellations dans le métro de Rennes

Par , publié le
France Arme de service d'un policier. Image d'illustration.
Arme de service d'un policier. Image d'illustration.

Dix-neuf casseurs ont été interpellés ce jeudi matin dans six stations du métro Rennes alors qu’ils tentaient de neutraliser le système de circulation des rames.

Les manifestations contre la Loi Travail s’intensifient et dans le même temps, les bandes de casseurs semblent de plus en plus déterminées. Selon les informations de Ouest-France, dix-neuf personnes ont été interpellées ce jeudi 19 mai alors qu’elles avaient pour objectif de vandaliser le métro de Rennes.

19 casseurs interpellés dans le métro de Rennes

Le sabotage du métro de Rennes aura donc tourné court. Tout commence vers 6 heures ce matin alors que les rassemblements pour cette nouvelle journée de mobilisation contre la Loi Travail commencent à s’organiser.

Des bandes de casseurs investissent alors 6 stations du métro rennais (dont Anatole-France, Poterie, Italie et Villejean) et tentent de saboter les bornes de validation des stations. Plusieurs seront cassées dans la manœuvre. Les individus, pour la plupart cagoulés, s’en prennent alors au système permettant aux rames automatiques de circuler selon une source judiciaire qui s’est confiée à Reuters. Rapidement, les caméras de surveillance repèrent les casseurs et les forces de l’ordre interviennent dans les 6 stations. Au total, 19 personnes sont interpellées et une enquête a été confiée à la police judiciaire par le parquet d’Ille-et-Vilaine. À l’heure actuelle, le métro continue de circuler et seule la station Charles de Gaulle est encore fermée en raison d’un rassemblement prévu sur l’esplanade qui jouxte la station.

Le métro cible privilégiée des casseurs

Depuis le début du mouvement contre la loi Travail, le métro est une cible de choix pour les casseurs. En mars dernier, le métro rennais avait été bloqué à la suite d’un jet de chaises sur les voies.

Les manifestants cherchent à organiser un blocage économique de la ville. Aujourd’hui la zone industrielle de la Route de Lorient est bloquée tout comme le dépôt pétrolier situé à l’est de la ville, ce qui empêche le ravitaillement des stations-service.

Partager cet article