La cigarette favoriserait les troubles psychiatriques

Par , publié le | modifié le
Santé Illustration. Des cigarettes.
Illustration. Des cigarettes.

La revue Lancet Psychiatry révèle les liens entre consommation de tabac et survenance de troubles graves tels que la schizophrénie et certaines psychoses. Les personnes atteintes de graves troubles psychiatriques ont tendance à fumer plus de cigarettes que les autres.

Si de nombreuses études viennent étayer les liens entre usage de la cigarette et divers cancers, celle publiée vendredi par la revue Lancet Psychiatry évoque cette fois les liens entre consommation de tabac et troubles psychiatriques.

Si ce n'est pas la première fois que les recherches scientifiques établissent cette "association", la proportion de fumeurs chez qui survient, par exemple, la schizophrénie, est une nouvelle fois mise à plat.

Plus de fumeurs parmi les troubles psychiatriques graves

De précédentes études avaient en effet mis en lumière une proportion 3 fois plus élevée de fumeurs parmi la population atteinte de troubles psychotiques. Cependant, une fois ce fait statistique établi, quels faits viennent l'expliquer ? Car comme le disent les auteurs de cette étude, "les raisons pour lesquelles les personnes souffrant de psychose sont plus susceptibles de fumer par rapport au reste de la population restent obscures".

C'est une question de l'ordre du mystère "de l’œuf ou la poule" qui se pose en l'espèce : d'où émane cette consommation de tabac ? Des traitements pris pour lutter contre les troubles, ou du trouble lui-même ? Si les études antérieures se penchaient sur le rôle de la cigarette dans le mécanisme de récompense sensé compenser les effets des médicaments sur la régulation de la dopamine, celle-ci est l'une des premières à avoir testé une telle hypothèse et à déterminer si les psychoses se déclaraient plus tôt chez les fumeurs que parmi les non-fumeurs.

Une consommation liée "à un risque accru de psychose"

Les chercheurs ont suivi une vaste cohorte de 14.555 fumeurs et 273.162 non-fumeurs. Et leur conclusion semble sans appel : "La consommation quotidienne est associée à un risque accru de psychose et à l'apparition plus précoce de troubles psychotiques", écrivent les auteurs. Ainsi, si vous êtes atteint d'un trouble pyschotique, la possibilité que vous deveniez un fumeur régulier est multipliée par trois.

De conséquence, la consommation de tabac devient l'un des suspects dans les causes d'apparition de troubles. Et le fautif serait la dopamine, ce neurotransmetteur associé au concept de "récompense". Robin Murray, du King's College et co-auteur des résultats de l'étude, précise : "Il est possible que l'exposition à la nicotine qui accroît la diffusion de dopamine, entraîne le développement de psychoses". Pour autant, d'autres travaux seront nécessaires afin d'établir une véritable causalité.

Crédits photos : Bildagentur Zoonar GmbH/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus