La biodiversité en danger, WWF sonne l’alarme

Par , publié le
Environnement Biodiversité, WWF tire la sonnette d'alarme

Depuis 1970, la biodiversité, c'est-à-dire la diversité des espèces animale et végétale, a baissé de 28 %. Si on ne fait rien, la planète Terre risque de succomber à l'activité humaine d'ici 2030.

WWF est l’organisation mondiale de protection de la nature. Dans son rapport Planète vivante, réalisé tous les deux ans, WWF soulève la question de la biodiversité : d’après les données, l’indice planète vivante (IPV qui indique la biodiversité) a baissé de 28 %. Il faudrait « deux Terres » pour que la planète puisse répondre aux besoins de la consommation humaine. Les écosystèmes tropicaux sont particulièrement touchés par ce phénomène puisque la biodiversité a baissé de 60 % en l’espace de 40 ans.

L’IPV est « un indicateur de la santé de notre planète et il est au rouge », comme le souligne l’association elle ajoute « Alors que la biodiversité diminue, l’empreinte écologique augmente; la demande que nous exerçons sur les ressources naturelles n’est pas soutenable. Si nous nions ce fait, nous nous exposons à des conséquences graves pour l’Humanité ».

WWF tire donc la sonnette d’alarme : il faut agir vite et efficacement. Pourtant, les pays ne semblent pas concernés. Il y a 20 ans, le premier sommet de la terre était organisé, mais sans grands résultats malgré les prises d’engagement des pays participants. Dans cinq semaines aura lieu la conférence sur le développement durable des Nations-Unies qui se tiendra à Rio. La WWF espère bien que de vraies mesures seront prises et surtout appliquées. « Rio+20 peut et doit être le moment pendant lequel les gouvernements s’engagent pour une société durable et socialement juste. La conférence de Rio +20 est une occasion unique pour tous ceux (gouvernements, société civile, villes et entreprises) qui veulent unir leurs forces et jouer un rôle crucial dans la préservation de notre planète »

Elle en appelle surtout aux pays riches qui « exercent une pression disproportionnée sur les ressources naturelles ».

Partager cet article