Isère : L’obstétricien est-il responsable du décès de ce nourrisson ?

Par , publié le
France Clinique Saint Vincent de Paul
Clinique Saint Vincent de Paul

Dans l’Isère, c’est une nouvelle fois un drame qui vient toucher une maternité. Le nourrisson qui avait vu le jour le 27 janvier dernier est décédé à la suite de deux arrêts cardiaques. Les parents mettent en cause l’hôpital.

Le 27 janvier dernier, un couple de Villefontaine accueille leur enfant. Selon les déclarations du père relayées par Le Dauphiné, sa femme a eu une péridurale. L’obstétricien a ensuite pris le relais en utilisant des forceps. Une mauvaise utilisation de ces derniers serait à l’origine de ce drame selon le papa « Quelques instants plus tard, ils m’ont rappelé. J’ai aussitôt compris que quelque chose d’anormal venait de se passer ». Il a vu que son fils « avait du sang au-dessus du crâne et sa tempe était enfoncée ». Le nouveau-né est donc transporté au service de réanimation de la maternité de Lyon en urgence. Deux jours plus tard, le petit garçon décède à la suite de deux arrêts cardiaques.

Les parents portent plainte

Le procureur qui est en charge du dossier a également été très étonné, car « Le décès n’a pas été signalé par l’hôpital mère enfant de Bron qui l’avait admis comme le veut pourtant la procédure ». Le couple a donc déposé une plainte selon le quotidien au commissariat de Bourgoin Jallieu dans la journée de mardi. Cet acte a également permis à la justice d’être au courant de ce décès sinon cette mort serait passée inaperçue.

Ce n’est pas la première fois qu’une maternité est mise en cause dans le décès d’un enfant. Il y a quelques jours c’était celle de Paris qui se retrouvait à la Une de l’actualité. Une jeune maman a perdu son enfant, car le service de la maternité Port-Royal était totalement saturé. À cause du manque de place, elle n’a pas pu accoucher dans de bonnes conditions et les médecins ont constaté le décès in utero.

Partager cet article

Pour en savoir plus