Etats-Unis : le policier qui avait tué un noir libéré après quelques mois

Par , publié le
International Michael Slager lors de son apparition a la court de justice du comté de Charleston en Caroline du Nord.
Michael Slager lors de son apparition a la court de justice du comté de Charleston en Caroline du Nord.

Michael Slager, le policier blanc qui avait abattu un homme noir de 50 ans qui s'enfuyait vient d'être libéré sous caution après seulement quelques mois de détention. Il est l'un des rares policiers reconnus coupables de meurtre.

En avril 2015, Michael Slager alors policier, avait abattu un homme noir de 50 ans ne présentant aucune menace et qui tentait de s'enfuir. Les images de la scène, gravées par un cameraman amateur, étant accablantes, le policier avait été inculpé pour meurtre. Un fait extrêmement rare aux Etats-Unis.

Libéré sous caution après quelques mois

Le policier de 33 ans a été remis hier en liberté en échange d'une caution de 500.000 dollars. Il devra payer, selon le porte parole pénitentiaire " 50 000 dollars (46 000 euros) de ce total comme dépôt de garantie".

L'annonce de sa libération a créé outre-Atlantique une vague de contestation et d'indignation alors que les scandales se multiplient sur les pratiques de la police américaine. Les policiers américains ont tué en 2015 plus de 3 personnes par jour en moyenne dont une large proportion de personnes noires. Beaucoup de ces personnes étaient désarmées. La plupart du temps, les policiers ne sont pas poursuivis.

Libéré malgré des preuves accablantes

La vidéo montrant le meurtre d'un automobiliste en Caroline du Nord ne laisse aucun doute. L'homme que le policier a abattu ne présentait aucune menace et Michael Slager l'avait abattu de 5 balles dans le dos alors qu'il tentait de s'enfuir. Il avait tenté d'interpeller l'automobiliste de 50 ans car un de ses feux arrière était cassé.

Le policier avait tenté de plaider la légitime défense mais les images ne montraient à aucun moment que l'homme abattu présentait une quelconque menace. L'affaire qui avait fait grand bruit avait dégénéré en émeute. Nul doute que cette libération, après seulement quelques mois, malgré une condamnation pour meurtre, va raviver les tensions déjà importantes entre la communauté noire et la police.

Partager cet article

Pour en savoir plus