États-Unis : un prisonnier à l'isolement depuis 43 ans va être libéré

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Photo d'illustration. Deux cellules dans le couloir de la mort du pénitencier d'Etat de l'Idaho.
Photo d'illustration. Deux cellules dans le couloir de la mort du pénitencier d'Etat de l'Idaho.

La justice américaine vient de prononcer la libération d’Albert Woodfox, un détenu américain qui avait été condamné à l’isolement en 1972.

Albert Woodfox, 68 ans, se serait sans doute volontiers passé d'être à l'origine de ce triste record. Ce prisonnier américain du centre pénitentiaire de Louisiane à Angola a en effet été placé en isolement au cours de l’année 1972. Albert Woodfox vient d’être libéré par la justice américaine après 43 ans en cellule de confinement.

La justice le libère après 43 ans d’isolement

La décision a été rendue ce lundi par le juge fédéral américain James Brady. Ce dernier a en effet redonné sa liberté à Albert Woodfox, le plus ancien prisonnier du pays détenu dans de telles conditions d'isolement avec 43 ans au total.

Le détenu de 68 ans, avait été placé en confinement au centre pénitentiaire de Louisiane à Angola après d’autres établissements de l’État du sud des États-Unis car il a été accusé d’avoir pris part à une agression ayant causé la mort d’un garde pendant une révolte de prisonniers datant de 1972. La justice a motivé sa décision de libérer Albert Woodfox car elle était en possession de « preuves de l’innocence » du détenu.

Albert Woodfox est en mauvaise santé

En novembre 2014, le 5e circuit de la Cour d’Appel des États-Unis avait déjà prononcé la libération d’Albert Woodfox, mais la décision avait alors été à nouveau annulée par une ordonnance judiciaire décidée au niveau des instances de l’État en février dernier.

Le juge Brady a justifié sa décision en précisant que cinq « circonstances exceptionnelles » autorisaient la "libération immédiate" et "inconditionnelle" de Woodfox. Les motifs avancés sont "l’âge du détenu, son mauvais état de santé, le préjudice consistant à laisser un détenu pendant plus de 40 ans en confinement et le fait qu’il a déjà été jugé par deux fois pour un crime survenu il y a plus de 40 ans."

Crédits photos : Nagel Photography / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus