Cannabis : le professeur Bertrand Dautzenberg appelle à sa légalisation

Par , publié le
Société Illustration. Des plants de cannabis.
Illustration. Des plants de cannabis.

Alors que le cannabis est toujours officiellement interdit en France, le professeur Bertrand Dautzenberg souhaite aujourd'hui que la question de sa dépénalisation soit de nouveau soulevée.

La question d'un nouveau débat sur la dépénalisation du cannabis nous vient d'un médecin, le professeur Bertrand Dautzenberg. Les propositions émises par ce pneumologue officiant à la Salpêtrière (Paris XIIIe) sont attendues pour être examinées vendredi à Lille, à l'occasion du 20ème congrès de pneumologie de langue française.

Auprès de nos confrères du Parisien, le professeur Dautzenberg a estimé que "puisque les politiques n'osent pas bouger, parce qu'il leur est impossible de parler de ça sans se faire descendre en flamme, c'est à la société civile d'initier ce débat". Et quand on lui demande pourquoi un professionnel de santé à la renommée telle que la sienne prend position en faveur d'une légalisation du cannabis, le pneumologue parle d'une logique de chiffres : "Moi, j'observe et je constate que la consommation de cannabis chez les jeunes augmente, que la France est numéro un en Europe avec 45 % des jeunes qui ont déjà essayé alors que, dans d'autres pays comme les Pays-Bas, où il est légalisé, le taux est de 29 %. Plus c'est interdit, plus il y a de consommateurs."

Dépénalisation du cannabis : "C'est le succès des autres qui me donne envie de faire la même chose"

Celui qui fut le président de l'office français de prévention du tabagisme soumet ainsi l'idée de suivre un exemple à l'efficacité avérée : "Depuis deux-trois ans, nous avons aussi le retour d'expérience d’États américains qui ont assoupli la législation et on voit qu'il y a une diminution de la criminalité liée au trafic, qu'il n'y a pas plus d'accidents de la route, que la consommation n'explose pas et que, surtout, les consommateurs prennent des produits plus sains. Là-bas, la majorité du cannabis utilisé l'est sous forme de vaporisation, donc sans fumée nocive pour les poumons, limitant les effets toxiques au cannabis seul. C'est le succès des autres qui me donne envie de faire la même chose."

Professeur Dautzenberg : "Je suis contre le cannabis comme je suis contre le tabac"

Que l'on se méprenne toutefois pas. Selon ses dires, le professeur Dautzenberg demeure en effet malgré tout opposé à la consommation de drogue et de tabac : "C'est un produit dangereux [NDLR : le cannabis] et il faut des règles. Je suis contre le cannabis comme je suis contre le tabac. Il ne faudrait pas en prendre du tout. Je ne suis pas davantage pour le cannabis vaporisé en tant que tel, mais cela permet de sortir de quelque chose d'encore plus dangereux, sachant qu'en France nous consommons la forme la plus toxique avec de la résine de cannabis et du tabac. Notre législation favorise le danger." Rappelons que le cannabis est totalement prohibé en France depuis 1970.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus