Apple : Le redressement fiscal est une "foutaise politique" pour Tim Cook

Par , publié le
Tech Le directeur général d'Apple Tim Cook au siège du groupe à Cupertino, en Californie, le 21 mars 2016
Le directeur général d'Apple Tim Cook au siège du groupe à Cupertino, en Californie, le 21 mars 2016

Alors que la Commission Européenne a condamné Apple à 13 milliards d'euros de redressement fiscal, Tim Cook, PDG de la marque, parle de "foutaise politique".

Fin de la récréation fiscale pour Apple ! Hier, nous vous évoquions la décision de la Commission Européenne de réclamer 13 milliards d’« avantages fiscaux indus » à la firme de Cupertino que l’Irlande a été sommée de récupérer.

Bien entendu Tim Cook, le PDG de la marque à la pomme, ne pouvait pas rester sans réaction et après s’être déclaré confiant quant à l’annulation de cette sanction hier, ce dernier s’est montré beaucoup plus virulent dans une interview donnée au journal Irish Independent.

« Une merde politique » pour le PDG d’Apple

Interrogé à propos de l’affaire fiscale qui secoue Apple depuis hier, Tim Cook n’a pas tenu à arrondir les angles. « C’est de la foutaise politique », a-t-il lancé avant d’ajouter « Personne ne fait rien de mal ici et l’Irlande est prise pour cible… C’est une merde politique totale. »

Tim Cook y est allé de ses précisions sur les chiffres avancés par la Commission Européenne pour justifier ce redressement fiscal record. L’institution estime en effet que le taux d’imposition de la firme de Cupertino sur ses bénéfices européens est évalué à 0,005 % pour l’exercice 2014. « Ils ont juste pris un chiffre je ne sais où. Durant l’année au cours de laquelle la Commission dit que nous avons payé ce taux d’impôt, nous avons en fait payé 400 millions de dollars. Nous pensons que cela fait de nous le plus grand contribuable en Irlande cette année-là » a précisé le PDG d’Apple.

Aucune excuse à faire

Pour Tim Cook, qui compte bien faire appel de cette condamnation tout comme le gouvernement irlandais, Apple n’a pas à présenter ses excuses et ce dernier a également tenu à affirmer son soutient au gouvernement irlandais en précisant que ce dernier « n’avait absolument rien fait de mal ».

Dans tous les cas, la marque à la pomme se serait bien passée de cette polémique à quelques jours de la Keynote de présentation de l’iPhone 7 qui représente un évènement majeur pour l’exercice 2016 d’Apple. Rappelons qu'Apple n'est pas le seul géant de la Silicon Valley à être dans le viseur du fisc européen, Google et Facebook sont également concernés.

 

Crédits photos : © AFP/Archives Josh Edelson

Partager cet article

Pour en savoir plus