Altercation mortelle à Pau : l'automobiliste en fuite se rend à la police

Par , publié le
Faits Divers Arme de service d'un policier. Image d'illustration.
Arme de service d'un policier. Image d'illustration.

L’automobiliste recherché par Interpol après avoir poignardé un père de famille à la suite d’une altercation à un feu rouge s’est finalement rendu à la police.

Fin de cavale pour l'automobiliste meurtrier de Pau. Le 25 août dernier, à la suite d’une rixe à un feu rouge à Pau, un conducteur en tuera un autre avant de prendre la fuite. Un mandat d’arrêt européen sera alors lancé pour tenter de retrouver le fugitif.

Après une cavale de quelques jours, ce denier s’est finalement rendu à la police selon les informations de France Bleu Béarn.

Le fugitif se rend à la frontière

Selon les premières informations dévoilées par le journal local, le meurtrier présumé, âgé de 57 ans, s’est rendu de lui-même à la sortie du tunnel de Compost qui relie la France à l’Espagne alors qu’il rentrait en France.

Selon le procureur de la République de Pau, l’homme est actuellement entendu dans les locaux du commissariat de Pau accompagné de son avocat. Il devrait être présenté à un juge d’instruction de Pau en vue d’une mise en examen. Les conditions de sa reddition ont été négociées entre l’avocat de l’agresseur présumé et la justice, ce dernier ayant retrouvé son client en Espagne pour lui faire passer la frontière et le livrer aux policiers.

Coup de poignard devant les enfants de la victime

Les faits se sont produits le 25 août à 22 h 15. Deux automobilistes, le meurtrier présumé et un père de famille accompagné de sa femme et de ses deux enfants, se suivent sur une avenue. Ils s’arrêtent alors à un feu rouge et une altercation éclate. Le père de famille serait alors descendu de sa voiture pour s’expliquer avec l’autre automobiliste à qui il reprochait de le serrer de trop près.

Une altercation éclate alors et le père de famille sera poignardé au thorax. Son agresseur prend alors la fuite. Sa victime sera transportée à l’hôpital de Pau où elle ne pourra être sauvée.

Partager cet article