Agressions de Cologne : Un premier suspect devant la justice

Par , publié le
International Taoufik M. Lors d'une interview avec Spiegel TV.
Taoufik M. Lors d'une interview avec Spiegel TV.

Un homme de 33 ans comparait devant la justice allemande. Il est suspecté d'avoir participé aux agressions sexuelles de Cologne lors du Nouvel An.

Quatre mois et 11 jours après les agressions sexuelles qui ont émaillé la nuit du Nouvel An à Cologne, un premier suspect comparait devant la justice allemande. L’individu, identifié comme étant Toufik M. un marocain de 33 ans, est accusé d’avoir agressé sexuellement une femme, parmi un groupe de 15 à 20 hommes qui auraient encerclé et agressé une femme.

Le procès se tenant à Düsseldorf, il s’agit du tout premier dossier d’agression sexuelle en lien avec les incidents à Cologne à se retrouver devant la justice. Parmi les 153 suspects de viol ou attouchements, aucun n’avait été traduit en justice faute de preuve.

Taoufik M. déjà connu des autorités allemandes

Arrivé en Allemagne il y a deux ans, Taoufik M. était déjà connu pour des affaires de vol à la tire et coups et blessures. Déjà sous le coup d’une condamnation à sept mois de prison avec sursis, ce demandeur d’asile avait donné une interview à Spiegel TV en janvier dernier, dans laquelle il expliquait, à visage découvert, les différents vols dont il était auteur.

Une interview lourde de conséquence, puisqu’une jeune femme de 18 ans l’a reconnu parmi ses autres agresseurs, ce dernier ayant une coupe de cheveux bien singulière. Un mois plus tard, la victime portait plainte.

Des suspects, principalement algériens et marocains

Lors du Nouvel An, 529 femmes avaient été victimes d’agressions sexuelles à Cologne. Sur les 153 personnes suspectées, 103 seraient de nationalité algérienne et marocaine selon un rapport publié par les autorités locales. Nombreux étaient demandeurs d’asile, ce qui a provoqué un immense choc en Allemagne, pays  qui avait procédé à une politique très favorable envers les migrants en 2015.

Crédits photos : Spiegel TV/ capture d'ecran

Partager cet article

Pour en savoir plus