Qui veut racheter Twitter ? Il n'y a pas foule

Par , publié le
Web
Photo d'illustration - Application de Twitter.

Après les rumeurs médiatiques évoquant au final le désintérêt de Google pour racheter Twitter, le cours a chuté à Wall Street de 20%.

Ce n'est pas la grande forme pour Twitter en ce moment, et c'est un doux euphémisme. La plateforme de micro-blogging, en plus de voir son chiffre d'utilisateur stagner, ne dégage toujours pas le moindre dollar de bénéfice.

Et comme si cela ne suffisait pas, les dernières rumeurs de la presse spécialisée faisant état du désintérêt de plusieurs géants du web pour son rachat plombent son action en Bourse.

Twitter courtisé, mais Twitter délaissé

Ainsi, selon le site Re/Code qui est spécialisé dans le secteur technologique, Google ne ferait finalement pas d'offre après s'être montré intéressé. Le média ajoute qu'Apple, un temps sur les rangs ne le serait plus non plus. Cette rumeur de désaffection des deux géants, qui émanerait de sources proches du dossier, ont fait plonger l'action Twitter à Wall Street de 20%. Pourtant, au début des rumeurs de rachat, son cours avait bondi de plus de 5%.

Et Disney, dont le nom circulait également ? Pour d'autres médias outre-Atlantique, ce serait aussi de l'histoire ancienne.

Tout n'est pas fini pour autant

Dès lors, qui veut encore de Twitter ? Salesforce serait toujours sur les rangs, et il n'est pas impossible qu'après ce probable désengagement de noms aussi prestigieux, des investisseurs viennent séduire l"'oiseau bleu". Car malgré tout, il a encore fier allure, le volatile le plus célèbre du web. Avec 14 milliards de dollars de valorisation boursière, son plumage reste brillant mais il sera tout de même dur à digérer pour les renards de la finance.

Crédits photos : Denys Prykhodov/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus