Vacances de la Toussaint : "une situation exceptionnelle qui ne se reproduira pas"

Par , publié le
France Najat Vallaud-Belkacem sur RTL le 12 juillet 2016
Najat Vallaud-Belkacem sur RTL le 12 juillet 2016

La ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem a assuré mercredi que le découpage des vacances de la Toussaint instauré cette année est "une situation exceptionnelle qui ne se reproduira pas".

Cette année, les vacances de la Toussaint ont été calées du mercredi 19 octobre au jeudi 3 novembre. Soit un découpage qui n'a pas manqué d'interpeller et de déranger, en particulier du côté des parents. Mardi, l'Éducation nationale avait argué le respect du rythme scolaire des élèves, ces derniers ne devant ainsi pas être soumis à plus de sept semaines de classe après la rentrée.

Et mercredi, c'est la ministre en poste Najat Vallaud-Belkacem qui a réagi à la polémique. Mercredi, au micro de France Info, elle est apparue désolée pour les parties négativement impactées par ce découpage, tout en assurant que celui-ci ne reviendra pas en 2019 : "Je comprends les difficultés que les parents ou les organismes de tourisme peuvent ressentir […] Mais je tiens à dire que c’est une situation exceptionnelle qui ne se reproduira pas".

Vallaud-Belkacem sur les vacances de Toussaint : "Je comprends les difficultés"

Mme Vallaud-Belkacem l'a cependant justifiée de différente manière que son ministère : "Si la rentrée de la Toussaint avait eu lieu un lundi, cela faisait entrer les enfants le lundi qui précède un jour férié (le 1er novembre). On a gardé des semaines entières pour les vacances de Noël, d’hiver et de printemps. On était donc obligé de céder sur ce point".

Le calendrier "ne changera pas" pendant trois ans

Avant d'apparaître ferme sur le maintien de ce découpage, dont les débats actuels peuvent l'étonner étant donné, selon ses dires, que "tous les acteurs étaient parfaitement d’accord quand cela a été décidé". La ministre a ainsi indiqué que "le calendrier a été voté en l’état pour trois ans, et il ne changera pas".

Pour la présidente de la FCPE Lilianna Moyano, "ce calendrier ne prend absolument pas en compte les besoins et les difficultés des familles qui devront poser des RTT supplémentaires pour garder leurs enfants en milieu de semaine ou trouver une solution de garde en milieu de semaine".

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article