Thaïlande : un haut gradé accusé de trafic de migrants

Par , publié le | modifié le
International
Un bateau de migrants rohingyas le 14 mai 2015 en mer d'Andaman au large de la Thaïlande

Le général Manas Kongpan, un haut gradé de l'armée thaïlandaise de 58 ans, est activement recherché pour trafic de migrants.

Il est activement recherché par les autorités de plusieurs pays. Manas Kongpan, haut gradé de l’armée thaïlandaise, est soupçonné d’être à la tête d’un trafic d’êtres humains. Faisant face à un afflux massif de migrants, la Thaïlande a lancé début mai, une opération visant à lutter contre ce type de trafic.

Depuis le mois dernier, des dizaines d’arrestations ont donc eu lieu dans ce pays d’Asie du Sud-Est, mais c’est la première fois qu’un haut fonctionnaire est visé par la justice. Le général Manas Kongpan était notamment en charge de la région de Sonkhla, à la frontière de la Malaisie, où de nombreux camps et charniers ont été découverts.

Thaïlande : la corruption des autorités pointée du doigt

Si pour le gouvernement thaïlandais l’inculpation du général Kongpan est une première, les ONG ne sont guère surprises, et dénoncent depuis de nombreuses années une forte corruption au plus haut niveau : "Nous avons de sérieux doutes sur le fait qu’on annonce soudain l’arrestation d'un haut gradé, le général Manas, et seulement la sienne, alors qu’on sait parfaitement que ce trafic d’êtres humains implique des responsables de toutes les institutions compétentes", annonce le responsable de Human Rights Watch dans la ville de Bangkok.

"Est-ce qu’ils figurent dans l’enquête ? Après le général Manas, est-ce que d’autres responsables liés à ces réseaux seront poursuivis ? Voilà ce qu’il faudrait savoir", conclut-il.

Des millions de dollars contre le trafic d’être humains

Pointé du doigt pour sa gestion des migrants dans le pays, le gouvernement thaïlandais débourse des millions de dollars chaque année pour lutter contre le trafic de migrants. Grâce à une répression plus active ces dernières semaines, de nombreuses filières ont été désorganisées.

Crédits photos : © AFP CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Partager cet article

Pour en savoir plus