Avec Take Me To Rio, le Brésil affûte les tubes avant les JO

Par , publié le
Musique takemetorio

A quelques jours des Jeux Olympiques au Brésil, la compilation Take Me To Rio revisite des grands tubes incontournables sur des rythmes de samba.

L’aventure a été lancée par les Berman Brothers, deux frères producteurs de musique qui, il y a dix ans, ont fait jouer à Cuba au Buena Vista Social Club des tubes de Coldplay, Sting, Radiohead, Maroon 5. Depuis, ils poursuivent leurs cycles d’albums intitulés Rhythms del Mundo qui leur ont valu deux BMI Awards, un Grammy Award et d’être nominés pour les Golden Globe. Cette fois-ci, les Berman Brothers ont choisi le Brésil pour leur expérimentations. En 2015, les deux frères se sont envolés pour Rio avec une valise bourrée d’idées et de chansons, à la recherche d’inspiration. « Nous nous sommes assis dans des bars, dans des cafés, nous sommes allés dans des boîtes et nous avons discuté longtemps avec des musiciens. C’est notre manière d’explorer la musique. » Ils finissent par dresser une liste de chansons potentielles pour le disque.

Certains choix sont plutôt surprenants, à l’image du classique hip-hop « The Message » de Grandmaster Flash, ou de « Dance With Somebody », avec son riff de guitare imparable des rockers suédois Mando Diao. « Les gars sont devenus fous quand ils ont entendu la version Rio de leur chanson », dit Frank Berman en racontant le moment où Mando Diao a découvert le morceau. Stockholm est peut-être à plus de 12000 Km de Rio, mais les deux univers se mélangent parfaitement sur « Take Me To Rio ».

Take Me To Rio adapte les hits aux couleurs brésiliennes

Sur Take Me to Rio qui sort le 22 juillet chez BMG Rights Management, on retrouve des tubes de Blondie, Moloko, Grandmaster Flash, Outkast, Bryan Ferry et Roxy Music, ou encore des titres efficaces comme I Like To Move It, totalement transformés par un casting des meilleurs musiciens de Rio de Janeiro. Jurim Moreira, le batteur du collectif Take Me to Rio, joue sur des classiques de la bossa nova depuis les années 70, et Marcello Martin, saxophoniste ténor, s’est produit avec des légendes comme Gilberto Gil et Caetano Veloso. Pretinho Da Serrihna, venu tout droit du groupe prestigieux de Seu Jorge, s’est chargé des percussions qui donnent cette couleur inimitable à l’album. Jamil Joanes, une légende de la basse, a ajouté un son funky très années 70.

La génération des musiciens brésiliens est aussi à l’honneur avec le rappeur Dughettu et le pianiste de jazz David Feldman, qui permettent au projet Take Me To Rio d’âtre autant un surprenant mélange des genres qu’un disque parfait pour secouer les pistes de danse. Bon voyage avec Take Me To Rio avec, en extrait, Katrina & The Waves qui reprend Walking on Sunshine.

Partager cet article