SNCF : simulation d’un suicide pour mieux coordonner les opérations

Par , publié le
France Transbordement de passagers lors de la simulation de suicide effectué par la SNCF - capture d'écran du compte Twitter de SNCF Transilien
Transbordement de passagers lors de la simulation de suicide effectué par la SNCF - capture d'écran du compte Twitter de SNCF Transilien

Cette semaine la SNCF s’est livrée à un vaste exercice de simulation de suicide sur les voies afin d’apprendre à mieux gérer ce genre d’évènement, appelé « accident de personne ».

La SNCF a organisé cette semaine un exercice « suicide ». Les suicides sur les voies, aussi appelés « accidents de personne », ne sont pas si rares et lorsqu’un tel drame arrive, la circulation sur la voie doit être totalement stoppée et l’opération  qui s’en suit entraîne de nombreux retards. Cet exercice grandeur nature a pour but d’améliorer la coordination des différents services et sensibiliser les différents acteurs.

Plus de 200 suicides sur voie en 2015

La SNCF a dû faire face à 211 « accidents de personne » en 2015 dont 92 en Ile-de-France. Cette année, on en compte déjà 42, rien que pour le premier semestre. La société des chemins de fer doit se préparer à gérer ces crises qui font intervenir différents services comme les pompiers, les forces de police mais aussi les magistrats ou encore la Protection civile. Il faut aussi apprendre à gérer les usagers qui ne sont pas enchantés de se retrouver bloqué pendant plusieurs heures.

Cette opération grandeur nature, qui s’est déroulée à la hauteur de Villeneuve Saint-Georges dans le Val de Marne, a duré un peu plus de 2 heures entre le moment où le train percute le mannequin qui était sur la voie et le transbordement de tous les passagers dans un autre train. Elle aura mobilisé plus de 300 personnes dont une bonne centaine de figurants jouant le rôle de passager. « La durée d’intervention est aujourd'hui en moyenne de 2h, nous voulons amener ce délai à 1h30 », indiquait la SNCF qui souhaite « former et sensibiliser au mieux ses agents à ce type d’incident ».

Des incidents plus fréquents les vendredis soir et lundis matin

Bien que la majorité soit des suicides, des usagers imprudents qui courent et tombe sur la voie, ceux qui ont un casque audio sur les oreilles et n’entendent pas le train arriver ou encore des personnes alcoolisées peuvent aussi être la cause d’« accidents de personnes ». Des incidents qui se déroulent plutôt le vendredi soir ou le lundi matin indiquait à nos confrères de « L’OBS », Sébastien Piffeteau, le premier vice-procureur du parquet de Créteil.

Partager cet article

Pour en savoir plus