Lyon: Un SDF pénètre dans un laboratoire P4 « pour y passer la nuit »

Par , publié le | modifié le
France Photo d'illustration. Un chercheur en laboratoire.
Photo d'illustration. Un chercheur en laboratoire.

Un sdf de 26 ans a pu pénétrer dans le laboratoire P4 de Lyon, réputé pour être ultra-sécurisé.

C’est une intrusion qui soulève de nombreuses interrogations. Le laboratoire P4, réputé pour être un endroit très sécurisé, a reçu la visite inopinée d’un SDF vendredi soir. Ce dernier, déjà condamné pour vols et violences, était simplement équipé d’une pince coupante pour chercher un abri pour dormir.

Interpellé à la suite d’une alerte, Alexandre Nouhi-Paridini 26 ans, se trouve dans le secteur de la chimie analytique.  Une secrétaire l’a surpris après qu’il a défoncé une porte et a aussitôt appelé un agent de sécurité à la rescousse. Il explique lors de son procès qu’il ne cherchait pas à nuire, mais seulement passer un endroit pour la nuit. Cependant lors de son arrestation par la police, il se débat vivement. Il est finalement relacé pour vol, mais a été condamné à 6 mois de prison ferme pour violences et outrage sur agents.

Le laboratoire P4 abrite des souches bactériennes

Cette intrusion pose de nombreux problèmes. Le laboratoire P4 de Lyon est équipé de fenêtres dites incassables, des codes confidentiels et uniquement accessibles à un nombre restreint de biologistes qui ont un badge personnalisé. Un endroit censé être très bien protégé, notamment du fait de sa dangerosité. Et pour cause, le laboratoire P4 abrite des souches virales particulièrement virulentes, comme Ebola pour n'en citer qu'un.

La préfecture affirme que l'intrusion a été rapidement détectée

La faille de sécurité constatée, la préfecture se voulait rassurante, précisant que "l'intrusion a été rapidement détectée". Cependant, Alexandre Nouhi-Paridini, SDF depuis trois ans, n’a semble-t-il eu aucune difficulté pour pénétrer dans l’immeuble. De quoi se demander quelle aurait été la situation d'un commando, mieux organisé, et bien mieux équipé qu'une simple pince coupante.

Crédits photos : Dragon Images/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus