Saint-Brieuc : un homme tué à l'arme blanche, deux suspectes mises en examen

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Police nationale
Photo d'illustration. Police nationale

Dans la nuit de vendredi à samedi à Saint-Brieuc, un homme a succombé à plusieurs coups de couteau. Deux femmes ont été mises en examen dans cette affaire, respectivement pour coups mortels aggravés et non-assistance à personne en danger.

Vendredi dernier à 23h00, dans la commune de Saint-Brieuc, des passants découvrent un homme au sol en train d'agoniser. Les pompiers sont alertés, alors que dans le même temps, la police est également appelée à intervenir pour tapage nocturne.

Transporté sans délai à l'hôpital, l'homme s'y éteindra dans le courant de la nuit. Nos confrères de Ouest-France rapportent qu'il s'agissait d'un Français d'origine sénégalaise âgé de 36 ans, et qu'il aura reçu plusieurs coups à l'arme blanche dont un notable au niveau du thorax. Peu de temps avant les faits, le trentenaire passait la soirée dans un appartement.

Tué à l'armée blanche après une soirée alcoolisée

Une soirée pendant laquelle de l'alcool aura été consommé. À un moment donné, la locataire de l'appartement, âgée pour sa part de 24 ans, fait entendre son désir que l'homme quitte les lieux. Sauf que celui-ci n'a visiblement pas cette intention et oppose une résistance à la jeune femme.

Cette dernière s'empare alors d'un couteau de cuisine avec lequel elle poignardera à trois reprises son invité, et c'est sur le trottoir que les faits prendront fin. Grâce aux témoignages et aux gouttes de sang présentes dans l'escalier, les policiers ne mettront que peu de temps à se diriger vers l'appartement où les violences avaient apparemment débuté.

Une principale suspect mise en examen pour coups mortels aggravés

Un témoin raconte d'ailleurs que la locataire ne voulait pas, dans un premier temps, ouvrir aux policiers, avant que ceux-ci lui confirment n'être pas venus "pour le shit". La principale suspecte dans cette affaire a été mise en examen pour coups mortels aggravés. Elle a été écrouée à Rennes.

On apprend de même qu'une jeune femme de 21 ans était présente pendant une partie de l'agression avant d'être probablement remontée chez elle. Également écrouée à Rennes, elle a quant à elle été mise en examen pour non-assistance à personne en danger. Pour ce qui est d'un jeune homme qui était venu aux côtés de ces deux femmes après les faits, il a retrouvé la liberté sous le statut de témoin assisté. Une information judiciaire a depuis été ouverte pour faire toute la lumière sur ce drame.

Crédits photos : GERARD BOTTINO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus