Rouen : au moins 4 morts dans un accident de la route

Par , publié le
France Fourgon de police
Fourgon de police

Un accident de la route survenu très tôt ce matin à Rouen a fait 4 morts et 2 blessés graves. La vitesse serait la cause de ce drame.

Ce samedi matin vers 5h à Rouen, un conducteur qui allait apparemment à vive allure a perdu le contrôle de son véhicule avant de percuter violemment un arbre. Parmi les 6 passagers du véhicule 4 ont trouvé la mort et les deux autres sont dans un état grave.

Un terrible accident de la route à Rouen

Vers 5h ce samedi matin, un terrible accident de la route a eu lieu à Rouen sur le boulevard de Verdun, au nord du centre-ville, dans le quartier de Boulingrin. Le conducteur du véhicule de la marque Renault a perdu le contrôle avant de percuter un arbre. 6 jeunes d'une vingtaine d'années se trouvaient à bord du véhicule, 4 passagers dont le conducteur ont été tués sur le coup et 2 autres jeunes sont dans un état grave. Les deux blessés, le passager avant et un passager arrière, ont été transportés au CHU le plus proche.

Le choc a été si violent qu'un des passagers a été éjecté du véhicule et que des débris étaient éparpillés sur une trentaine de mètres.

La vitesse serait à l'origine du drame

Selon le commissaire Sébastien Blondeau, le véhicule "roulait à plus de 100 km/h à un endroit où la vitesse est limitée à 50 km/h". Il explique également que "Le choc a été tellement violent que le bloc moteur a été retrouvé de l'autre côté du boulevard. Des débris ont atteint une autre voiture qui arrivait en sens inverse". Le commissaire précise également qu' "il n'y avait pas de plaque de verglas visible sur la chaussée".

Les 6 jeunes, 4 garçons et deux filles qui ont entre 20 et 25 ans, n'ont pas encore été tous identifiés. Les policiers de la brigade des accidents et des délits routiers du commissariat central de Rouen sont en charge de l'enquête, ils doivent désormais déterminer si les jeunes avaient consommé de la drogue ou de l’alcool avant de prendre la route.

Crédits photos : © AFP/Archives Joel Saget

Partager cet article

Pour en savoir plus