Le régulateur du rail inquiet de la dette de SNCF Réseau

Par , publié le
Économie
Photo d'illustration. Un Thalys Gare du Nord, à Paris.

Le régulateur du secteur ferroviaire indique que "L'absence de trajectoire financière reste préoccupante" pour SNCF Réseau, dont la dette est de 44 milliards d'euros.

Deux années se sont écoulées depuis la réforme ferroviaire, et la dette de SNCF Réseau (l'entreprise publique chargée de la maintenance du réseau ferré) est colossale. Au mois de juin dernier, elle atteignait 44 milliards d'euros.

Pour l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer), "Le redressement du système ferroviaire dans sa dimension financière en reste au stade d'objectif".

L'Arafer presse le gouvernement

Le gendarme du rail note que "Des instruments majeurs prévus par la loi pour stabiliser la dette ferroviaire n'ont pas encore été mis en place". La dette de l'entreprise qui gère les 30.000 km de voie ferrées en France doit d'abord être plafonnée par un décret, et c'est pour cela qu'elle somme le gouvernement de le "publier au plus vite".

En outre, il souligne que le contrat de performance, qui doit "être conclu pour dix ans entre l'Etat et SNCF Réseau afin notamment de définir des objectifs de performance et de déterminer la trajectoire financière de SNCF Réseau ne l'est toujours pas".

Des économies d'échelle à la "réalité incertaine"

SNCF Réseau est né de la fusion au début 2015 de Réseau Ferré de France, SNCF Infra et de la direction des circulations ferroviaires (DCF) de la SNCF. Cette création avait à l'origine et pour objectif la réalisation d'"économies d'échelle". Mais "la réalité (...) apparaît à ce jour incertaine".

Alors que l'ouverture à la concurrence doit être quant à elle une réalité dans un futur proche, les liens de SNCF Réseau à la SNCF n'assurent pas "de garantir une gestion pleinement efficace ni de s'assurer (...) d'une utilisation équitable de l'infrastructure ferroviaire".

Crédits photos : Hung Chung Chih / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus