Réalité virtuelle : Oculus bloque Revive mais risque le piratage

Par , publié le
Tech Crescent Bay, le nouveau casque à réalité virtuelle.
Crescent Bay, le nouveau casque à réalité virtuelle.

Après une mise à jour ayant eu pour notable effet de bloquer l'application Revive sur l'utilisation de son casque de réalité virtuelle, Oculus risque pourtant désormais un piratage conséquent de son appareil.

Sur le marché des casques de réalité virtuelle (RV) , l'Oculus Rift possède ses avantages comme ses inconvénients, mais son prix assez peu attractif n'autorise pas la plupart des bourses à retenter l'expérience avec les appareils de la concurrence. Même chose si l'on a fait l'acquisition d'un HTC de Vive, en dépit d'une envie de comparer sur le long terme.

Pour ce dernier cas toutefois, le recours à l'application Revive permettait de jouer à des titres de base exclusifs au casque de RV de Facebook, soient Lucky’s Tale et Oculus Dreamdeck. Un moyen donc pour les possesseurs du HTC de découvrir des softs auxquels ils n'étaient pas censés avoir accès sans l'Oculus Rift.

Oculus Rift : la mise à jour qui a fait mal à Revive

Voyant visiblement le projet Revive d'un (très) mauvais œil, Oculus a déployé, en fin de semaine passée, une mise à jour présentant la notable particularité de bloquer Revive. L'un des développeurs du projet Revive CrossVR aura expliqué que, dans un souci de sécurité, la filiale de Facebook a rendu obligatoire la connexion de l'Oculus Rift à sa plate-forme de verrous numériques (DRM). Et d'avoir ajouté que si Revive peut faire croire à Oculus que le casque Rift est connecté, le leurre est ineffectif vis-à-vis de la plate-forme.

Un piratage massif à prévoir ?

La protection d'Oculus n'aura toutefois pas tenu bien longtemps, comme le rapporte 01net.com. Un autre développeur de Revive, LibreVR, a ainsi annoncé le week-end dernier qu'une nouvelle version du code de l'application l'a rendue de nouveau opérationnelle avec Oculus. Et si le détail de la démarche laisse entendre la possibilité d'un Oculus bientôt investi par des jeux piratés, LibreVR appelle les parties concernées à ne pas se livrer à de tels actes.

Ce même développeur a au passage signifié que si les créateurs du projet Revive trouvaient une alternative quant au bon fonctionnement de l'application, ils mettraient un terme, et sans délai, au contournement des DRM d'Oculus.

Partager cet article

Pour en savoir plus