Les professeurs des écoles "motivés", mais "insatisfaits"

Par , publié le | modifié le
Société Photo d'illustration. Des élèves dans une classe.
Photo d'illustration. Des élèves dans une classe.

Un sondage réalisé auprès de 5.555 enseignants d'écoles primaires jugent que leur métier s'est dégradé au fil des années. Pourtant, il en ressort qu'ils sont plus "motivés".

L'enquête en question a été réalisée à la demande du SNUipp-FSU, syndicat principal présent dans les classes de primaire. Elle porte sur le degré de satisfaction de quelque 5.555 professeurs des écoles, les "instits", oeuvrant dans les établissements publics.

De ce sondage Harris Interactive effectué en décembre, il ressort que si les professeurs se montrent plus "motivés" qu'il y a un an, ils trouvent en revanche que le métier s'est dégradé au cours de ces dernières années.

58% des instits insatisfaits

"Insatisfaction" pour 58% des sondés, "dégradation" des conditions de travail pour 88%, le tableau semble bien noir. Pour autant, le moral n'est pas en berne; en effet, par rapport aux résultats de la précédente enquête, réalisée en 2014, ils sont 8 sur 10 (+7 points) à se déclarer "fiers" et pour 75% (+6 points), "motivés". Par ailleurs, le "stress", l'"impuissance" ou la "déception", quand bien même étant encore à de hauts niveaux, sont en recul.

Mais Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat ayant passé commande du sondage, résume à l'AFP : "à 18 mois de la fin du quinquennat qui avait donné la priorité à l'école primaire, le fossé tend à se creuser entre d'un côté la motivation des enseignants et la fierté (d'enseigner), et de l'autre l'insatisfaction envers un métier à bout de souffle". De plus, il indique que les écoles doivent faire avec "des demandes sociales de plus en plus complexes, mais les enseignants ont l'impression qu'ils doivent les porter le plus souvent seuls".

Quels sont les motifs de satisfaction ?

Mais outre la "fierté" d'enseigner, qu'est-ce qui les motive sur le long terme ? Le travail en équipe (51%) est une source de satisfaction, même si pour près de 9 professeurs sur 10, le temps manque à cette forme de collaboration et de solidarité. Côté diversité du programme qu'ils doivent enseigner, là encore la majorité est acquise (73% satisfaits). Idem concernant la répartition du temps de travail sur toute une année scolaire (56%).

Crédits photos : Oksana Kuzmina/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus