Pédopornographie : lutte en commun des géants du net

Par , publié le
Web
La page d'accueil de Google France

Lundi, l’Internet Watch Foundation a annoncé l'alliance de plusieurs géants du net dans un projet destiné à lutter contre la diffusion de contenu pédopornographique.

La lutte contre la pédopornographie vient de s'accentuer avec le projet de l’Internet Watch Foundation venant d'être rejoint par plusieurs géants de l'internet tels que Microsoft, Google, Facebook, Twitter ou encore Yahoo!. Ces derniers ont donc donné leur accord pour intégrer un système allant permettre l'identification et le blocage d'images pédopornographiques.

Dans un communiqué publié lundi, le groupe britannique a expliqué que les sociétés affiliées au projet telles celles venant d'être mentionnées pourront agir après que des analystes de l'Internet Watch Foundation aient déposé une "marque digitale" sur ce type d'images. Concrètement, l'Internet Watch Foundation enverra fréquemment des clichés "marqués" aux entreprises partenaires, mais il s'agira davantage d'une empreinte dématérialisée que d'une confirmation d'un contenu pédopornographique.

Géants du net : ensemble avec l'Internet Watch Foundation contre le pédopornographie

Une comparaison avec une base de données permettra ensuite de déterminer si le fichier est sain ou si, à l'inverse, il doit motiver son blocage. Dans des propos rapportés par l'AFP, la présidente de la fondation Susie Hargreaves a déclaré que "cela veut dire que les images de victimes pourront être identifiées et supprimées plus vite, et nous pourrons empêcher des images déjà connues d’abus sexuels sur mineurs d’être mises en ligne tout court".

Un système capable de "changer la donne" ?

Espérant visiblement beaucoup de ce système, Mme Hargreaves a également fait savoir que ce dernier pourrait "changer la donne" dans le cadre de la lutte contre la pédopornographique. Rappelons que Google et Dropbox font déjà usage d'un système semblable défendant ainsi aux internautes de partager du contenu protégé par droit d'auteur. Le professeur Will Stewart de l’Institution of Engineering and Technology estime quant à lui que cette solution doit se coupler à d'autres pour être réellement efficace dans le combat contre la pornographie infantile : "Il n’existe aucune solution technique rapide qui protégera les victimes. Les méthodes les plus efficaces sont d’utiliser l’éducation, la responsabilité parentale et d’attribuer davantage de ressources pour faire respecter la Loi."

Crédits photos : © AFP/Archives Damien Meyer

Partager cet article

Pour en savoir plus