Pays-Bas : 26 femmes potentiellement inséminées avec le mauvais sperme

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Une fécondation in vitro.

Des ovocytes fécondés avec un sperme qui n'appartenait pas forcement à leur compagnon.

C’est une erreur incroyable qui est pourtant longtemps passée inaperçue. Pendant plus d’un an, 26 patientes du centre médical universitaire d’Utrecht (Pays-Bas) auraient été inséminées avec un embryon conçus avec un sperme qui n'était pas celui de leurs conjoints.

Une enquête interne est en cours pour déterminer les raisons dysfonctionnement.

Des conditions de FIV douteuses

L’affaire a été confirmée dans un communiqué de presse de l’UMC d’Utrecht. Les 26 fécondations in vitro (FIV) « douteuses » ont été réalisées entre avril 2015 et novembre 2016. En pratiquant des inséminations qui consiste en l’injection d’un seul spermatozoïde dans l’ovocyte, les praticiens ont injecté des spermatozoïdes provenant d’un autre donneur que le compagnon des femmes concernées. Ces dernières ont donc pu tomber enceintes d’un partenaire qui n’est potentiellement pas le leur.

Pour la direction de l’établissement, il s’agit d’« un geste qui ne correspond pas aux procédures habituelles ».

Un risque faible

Pour l’UMC, le risque que ces femmes soient tombées enceintes du mauvais donneur est faible « mais ne peut être écarté ». L’erreur datant d’au moins un an, certaines grossesses sont déjà arrivées à terme, d’autres sont toujours en cours. De plus, des embryons issus de ces FIV ont été cryogénisés. Les femmes qui ne sont pas encore tombées enceintes auront la possibilité de repartir sur une procédure exécutée dans les règles.

Le centre médical d’Utrecht a d’ores et déjà réduit ses activités afin de mieux surveiller les opérations en cours et ne réaliser que les FIV fiables à 100%. L’affaire est remontée jusqu’à l’inspection sanitaire néerlandaise.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus