Pau : 20 ans de prison pour le meurtre d'une septuagénaire

Par , publié le
Société Photo d'illustration. La balance de la justice.
Photo d'illustration. La balance de la justice.

Un ancien maçon de 41 ans vient d'être condamné à Pau à 20 ans d'emprisonnement pour le meurtre d'une septuagénaire commis en 2001.

Daniel T., ancien maçon, a été condamné la nuit dernière par la Cour d'assises de Pau à 20 ans de prison pour le meurtre d'une septuagénaire commis il y a quatorze ans. Le corps sans vie de Marguerite L., 78 ans, avait été découvert à son domicile d'Eysus (Pyrénées-Atlantiques) en novembre 2001.

Son visage portait des traces attestant de plusieurs coups portés, et deux plaies d'égorgement à l'arme blanche avaient également été constatées. Et nos confrères du Figaro d'ajouter que l'ensemble des biens de valeur de la vieille dame manquait à l'appel. Les circonstances précises du décès n'avaient cependant pas été établies, l'enquête ayant ainsi pris fin une première fois en septembre 2005 avec la proclamation d'une ordonnance de non-lieu.

Meurtre d'une sexagénaire à Eysus : un ancien maçon jugé à Pau

Les investigations auront repris en mars 2013, après que Karine B., l'ex-épouse de Daniel T., se soit rendue à la gendarmerie de Lacanau (Gironde) pour y dénoncer son ancien compagnon. L'homme reconnaîtra les faits durant sa garde à vue, en avouant avoir cambriolé le domicile de la septuagénaire avant de la tuer sous l'effet de la panique. Selon ses dires, son ex-femme "se trouvait avec lui au moment des faits, [...] était restée dans la voiture, mais l'avait aidé à faire disparaître les indices".

20 ans de prison pour l'homme, 17 pour son ex-compagne

Cet ancien maçon sera mis en examen pour "meurtre précédé, accompagné ou suivi, d'un autre crime", et sa femme, une coiffeuse de 39 ans, pour "complicité de vol avec arme" et "tentative d'extorsion" à l'égard de son ex-époux. Dans la nuit de lundi à mardi, la justice a rendu son verdict dans cette affaire. Daniel T. a été condamné à 20 an de réclusion criminelle et son ex-compagne à 17 ans d'emprisonnement. Me Dutin, avocat de l'accusée, a regretté que pendant les trois jours de discussions, l'intérêt de la Cour d'assises se soit concentré sur sa cliente : "Nous nous posons la question de savoir si nous formons appel."

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus