Pau : 2 ans et demi de prison ferme pour agression à l'acide chlorhydrique

Par , publié le
Faits Divers
Photo d'illustration. La justice.

Jeudi, le tribunal correctionnel de Pau a condamné un jeune homme de 25 ans à deux ans et demi de prison ferme pour avoir, en septembre dernier, lancé de l'acide chlorhydrique sur un groupe de jeunes. La cornée d'une victime aura été touchée.

C'est jeudi après-midi que le tribunal correctionnel de Pau a rendu son verdict sur ce drame survenu le 10 septembre dernier dans une boîte de nuit de Billière. Un jeune homme de 25 ans a ainsi été condamné à deux ans et demi de prison ferme pour avoir aspergé un groupe de jeunes d'acide chlorhydrique, blessant sensiblement à l'œil l'une des victimes.

France Bleu nous rapporte le déroulé de l'histoire. Tout semble commencer dans le fumoir de la discothèque où le dénommé Jérôme tente de faire succomber Aurélie à son charme. Après avoir été repoussé une première fois, Jérôme revient à la charge, sans plus de succès. Il décide alors de s'éloigner.

Agression à l'acide chlorhydrique après avoir été éconduit

On le retrouve ensuite aux prises avec Cyril, l'ami de la jeune femme qu'il avait draguée un peu plus tôt. Jérôme et une partie du groupe finiront par être mis dehors par les videurs de l'établissement, sans pour autant réduire la colère du premier.

Alors qu'ils sont sur le parking, les membres du groupe échappent à une ruée de Jérôme à bord de sa voiture, avant que celui-ci n'en sorte pour leur jeter le contenu d'une bouteille renfermant de l'acide chlorhydrique. Une possession s'expliquant par le fait que le jeune homme se sert de ce liquide pour décaper le zinc en sa qualité de charpentier.

Cinq dixièmes de perdus pour l'œil d'une victime

Si un ami d'Aurélie n'aura pas tardé à nettoyer l'acide reçue avec de l'eau, la jeune femme va cependant être principalement touchée au niveau de la cornée. Après avoir perdu cinq dixièmes d'acuité visuelle, elle est désormais contrainte de porter des lunettes. Pour l'expert psychologue l'ayant examinée, Aurélie est encore en état de choc post-traumatique.

Elle a également été brûlée au visage, pour des blessures apparaissant toutefois de moindre gravité. Précisons pour finir que suite à l'audience, le prévenu a été maintenu en détenu.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus