Morbihan : mobilisation après l’agression sexuelle d’une sexagénaire

Par , publié le
France Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)
Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)

Jeudi dernier, un migrant mineur a agressé sexuellement une femme de 67 ans à Arzon. Hier soir, une centaine de personnes se sont rassemblées face à la mairie de la commune pour dénoncer ce comportement.

Arzon est une cité balnéaire du sud de la Bretagne connu pour son port de plaisance et ses plages. La commune a cependant accueilli une dizaine de mineurs suite au démantèlement de la « Jungle de Calais ». L’un d’entre eux, un soudanais de 16 ans, a jeudi dernier agressé sexuellement une habitante de 67 ans. Cette agression a soulevé l’indignation et hier soir, une centaine de personnes se sont rassemblées face à la mairie afin de montrer leur courroux.

Un mineur migrant agresse sexuellement une femme de 67 ans

Jeudi dernier, une sexagénaire déchargeait ses emplettes devant sa maison lorsqu’elle a été abordée par l’un des dix mineurs accueillis dans un centre de la commune suite au démantèlement de la « Jungle de Calais ». Selon le procureur de la République de Vannes, les deux personnes ont tout d’abord échangé quelques mots dans un anglais approximatif.

Puis le jeune homme s’est enhardi à donner une bise à la sexagénaire. Cependant, loin de se contenter d’une simple bise, le jeune soudanais de 16 ans a insisté et a continué à embrasser la femme. Après 5 bises, celle-ci, excédée, s’est dégagée de l’étreinte du mineur. Le jeune migrant a alors profité de la situation pour toucher un sein de la sexagénaire puis a mimé une masturbation en posant sa main sur sa braguette avant de s’enfuir en courant.

Une plainte déposée et une manifestation

Bien que la victime ait confessé ne pas avoir eu peur, elle s’est toutefois décidée à porter plainte pour agression sexuelle. Le jeune migrant a été placé en garde à vue puis a été libéré à l’issue de celle-ci. Il sera prochainement convoqué devant un juge des enfants et une mise en examen pour agression sexuelle pourra être demandée. François Touron, le procureur la République de Vannes confirme le caractère de l’agression : « Une main sur le sein c'est une agression sexuelle ».

Ce fait divers a été rapidement relayé sur des sites anti-migrants ainsi que sur des pages d’extrême-droite. Hier soir, une centaine de personnes hostiles aux migrants se sont réunies dans le calme devant la mairie de la cité balnéaire. Une vingtaine de gendarmes étaient présents.

Roland Tabart, le maire de la commune explique pour sa part : « depuis jeudi, je suis en échange permanent avec la préfecture et la gendarmerie. Dans le cadre de mes responsabilités, j’ai entendu les uns et les autres jusqu’à hier. Il y a une plainte et il y a une enquête. Sur place, aujourd’hui, il y a le service de l’immigration anglaise et de nombreux jeunes vont partir en Angleterre, comme c’était prévu ».

Crédits photos : hadescom/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus