L’évêque d’Orléans révèle une affaire de pédophilie datant de 1993

Par , publié le
France Photo d'illustration. Le clocher d'une église.
Photo d'illustration. Le clocher d'une église.

Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans, a organisé une conférence de presse pour revenir sur la destitution d’un prêtre accusé d’actes pédophiles remontants à 1993.

La sanction est tombée de la part de Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans, vient de retirer ses derniers ministères à un prêtre de la ville, mis en examen en 2012 pour des faits de nature pédophile après un signalement de l’Église. Une décision annoncée lors d’une conférence de presse exceptionnelle tenue aujourd’hui.

Des faits remontants à 1993

Devant les journalistes présents sur place, l’évêque d’Orléans a indiqué que les faits de pédophilie dénoncés ici remontent à 1993. L’un des prêtres du diocèse d’Orléans aurait commis des actes pédophiles sur une dizaine de victimes lors d’un camp du Mouvement eucharistique des Jeunes (MEJ), dans le sud-ouest de la France, où il officiait en tant qu’aumônier.

Mgr Jacques Blaquart précise qu’il a dénoncé le prêtre en question après qu’une des victimes soit venue à lui pour lui raconter les faits en 2011 « J’ai aussitôt saisi le procureur. L’enquête est en cours et aurait mis en évidence huit ou neuf cas d’attouchements sur mineurs, sur des victimes âgées d’une douzaine d’années », a ajouté Mgr Blaquart cité dans le journal Le Point.

Un procès l’année prochaine

Selon Mgr Blaquart, ses prédécesseurs au poste d’évêque du diocèse d’Orléans avaient connaissance des faits et avaient pris des mesures « à titre conservatoire » à l’encontre du prêtre afin d’éviter que ce dernier ne se retrouve en contact avec des jeunes enfants, sans toutefois saisir la justice.

Mgr Blaquart a précisé que le prêtre en question avait reconnu les faits lors de son audition et a été mis en examen par le parquet d’Orléans en 2012 pour un procès qui devrait se tenir en 2017. En 2013, le diocèse d’Orléans a été le premier à mettre en place une cellule d’écoute pour les victimes des prêtres pédophiles. Les appels se sont multipliés depuis mars dernier et le scandale Barbarin. Sur 12 appels reçus depuis le mois dernier, quatre contacts concernent des faits commis dans le Loiret par des prêtres aujourd’hui décédés. Les autres concernent d’autres diocèses où les évêques concernés ont été mis au courant des faits.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus