L'emploi des cadres restera atone à la fin 2015

Par , publié le
Économie Photo d'illustration. Des salariés au travail.
Photo d'illustration. Des salariés au travail.

Le baromètre Apec publié ce jour révèle que 51% des entreprises ont l'intention de recruter des cadres au dernier trimestre 2015. Et ce sont les plus jeunes qui font les frais de cette prudence.

En France, ça ne décolle toujours pas pour les cadres. L'Association pour l'emploi des cadres (Apec) publie son baromètre trimestriel jeudi, et l'on y apprend que si au 3ème trimestre, 58% des entreprises de plus 100 salariés ont embauché un cadre, une petite majorité (51) envisage de faire de même à l'occasion du dernier trimestre.

Cadres au dernier trimestre : beaucoup de remplacements de départ à la retraite

Et pour encore moins donner le sourire aux cadres, il se trouve que quand une embauche est prévue, elle vient supplanter un départ à la retraite ou un salarié qui par exemple, va démissionner (49%). En conséquence, une nouvelle recrue venant participer au développement d'une structure ne survient que dans 28% des cas.

Pour autant, il est deux secteurs d'activité qui tirent leur épingle du jeu, faisant grimper ce taux à 69% pour l'informatique et 43% pour l'ingénierie et la Recherche & Développement.

Les jeunes cadres, pas aux premières loges

Deux principales raisons expliquent ce calme plat : la croissance, qui elle aussi montre une ligne bien horizontale. Mais aussi, l'investissement qui a tendance à rester dans son état d'hibernation. A ce sujet Pierre Lamblin, directeur des études de l'Apec a confié à BFM Business : "Tant que l'investissement n'est pas reparti à la hausse de manière très favorable, cela ne suffira pas pour générer des recrutements, notamment pour créer de nouvelles activités et générer de nouveaux postes et non pas uniquement remplacer les seuls départs".

Les jeunes, mais aussi les seniors, sont les premières "victimes" de cette embellie qui tarde. L'association explique que pour une offre ciblant les jeunes, 60 candidatures lui étaient remises lors des trois premiers mois de l'année, contre 53 à la même époque en 2014. Un autre chiffre démontrant cette morosité ? Seules 44% des entreprises envisagent de recruter des cadres de plus de 20 d'expérience, contre 51% en 2014.
Et Pierre Lamblin de conclure : "Il nous manque toujours sur le marché aujourd'hui 10.000 à 15.000 recrutements de jeunes diplômés sur des postes cadres par rapport à la situation d'avant-crise".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus