Le Royaume-Uni menacé par l’Etat Islamique

Par , publié le | modifié le
International
Le Premier ministre David Cameron

Dans une interview accordée à la BBC, David Cameron a exprimé son émotion après la fusillade de Sousse qui a fait 37 morts dont 15 britanniques. Il a également réaffirmé que des menaces planaient sur le Royaume-Uni.

Quelques jours après l’attentat en Tunisie qui a fait 37 morts, le Royaume-Uni panse ses plaies, et pleure ses 15 ressortissants décédés qui étaient en vacances au moment de la fusillade. Rendant hommage aux victimes, David Cameron a réaffirmé sur BBC que l’Etat Islamique prépare des attentats sur le sol britannique.

"Il y a des gens en Irak et en Syrie qui sont en train de planifier des actions terribles en Grande-Bretagne et ailleurs et, tant que l’Etat islamique existera dans ces deux pays, nous serons sous la menace", a ainsi averti le Premier ministre. La veille, il avait appelé à être "intolérant contre l’intolérance de l’organisation Etat islamique" dans un entretien accordé au quotidien The Telegraph.

David Cameron : "Ce n’est pas une guerre entre l’Islam et l’Occident"

Le pensionnaire du 10 Downing Street a également promis une réponse à la menace de l’Etat Islamique, et appelle à combattre son idéologie. "Ce n’est pas une guerre entre l’islam et l’Occident comme voudrait le faire croire le groupe Etat islamique. C’est une lutte générationnelle entre une minorité d’extrémistes qui veulent voir fleurir la haine et nous tous qui voulons voir la liberté prospérer. Et ensemble nous l’emporterons...".

Une minute de silence nationale vendredi

Vendredi 3 juillet, une minute de silence sera observée au Royaume-Uni à midi, une semaine après la fusillade de Sousse en Tunisie. David Cameron a également confirmé que tous les ressortissants blessés dans l’attaque seraient rapatriés d’ici jeudi. Un avion de transport militaire de la Royal Air Force est arrivé en Tunisie pour évacuer les blessés, mais également les corps des victimes si leurs familles le souhaitent.

Crédits photos : the telegraph

Partager cet article

Pour en savoir plus