L'Azerbaïdjan menace la maire d'une commune de la Drôme

Par , publié le
France Vue de la ville de Stepanakert, "capitale" non reconnue du Nagorny Karabakh, le 4 avril 2016
Vue de la ville de Stepanakert, "capitale" non reconnue du Nagorny Karabakh, le 4 avril 2016

La maire de Bourg-les-Valence a reçu une missive venue d’Azerbaïdjan lui demandant de cesser immédiatement toute relation avec la commune de Chouchi dans le Haut-Karabakh.

Marlène Mourier, maire de Bourg-les-Valence dans la Drôme, ne pensait pas que les relations d’amitié de sa commune avec la ville azerbaïdjanaise de Chouchi dans le Haut-Karabakh l’impliqueraient dans un conflit vieux de plusieurs décennies.

L’élue vient en effet de recevoir une missive envoyée par l‘État d’Azerbaïdjan pour exiger la fin de toute relation entre la ville française et son homologue d’Azerbaïdjan.

Une lettre portée par huissier

C’est un huissier de justice mandaté par l‘État d’Azerbaïdjan qui est venu à la rencontre de  Marlène Mourier pour lui faire part des revendications. La « sommation interpellative » lui a été remise jeudi selon Le Dauphiné.

Bourg-Lès-Valence et d’autres communes de la Drôme ont apporté leur soutien aux habitants de la région du Haut-Kazaback, région autonome majoritairement peuplée d’Arméniens et jugée séparatiste par l’Azerbaïdjan et en proie à un regain de violences depuis début avril avec les forces armées azerbaïdjanaises.

Les convictions de l’élue renforcées

Dans la lettre de sommation portée par l’huissier, l’Azerbaïdjan demande à Marlène Mourier de ne plus se rendre dans le Haut-Karabagh et d’annuler sa charte d’amitié avec Chouchi. Chose qui n’est pas pensable pour la maire de Bourg-Lès-Valence qui juge cet acte comme « Une mesure d’intimidation de la part d’un État étranger sur le territoire de la République [...] “Cela en dit long sur les méthodes d’un régime qui est un régime répressif qui veut étouffer toute contestation. Mais ici nous sommes en France !” dans Le Figaro.

L’élue affirme que cette provocation aura l’effet inverse que celui escompté par l’état d’Azerbaïdjan. “Nous continuerons à avoir des relations d’amitié avec cette ville, et la charte sera maintenue, cela renforce même ma détermination”, a-t-elle confié.

Crédits photos : © AFP KAREN MINASYAN

Partager cet article