La Maison Blanche travaille à la fermeture de Guantanamo

Par , publié le
International guantanamo

C'était une promesse de campagne de Barack Obama, fermer Guantanamo, la prison de la honte. Cette prison ouverte il y a 14 ans pour accueillir les suspects de terrorisme a fait couler beaucoup d'encre.

La Maison Blanche annonce travailler sur un plan de fermeture du camp de détention de Guantanamo, vestige de la politique de Georges Bush et véritable honte pour les Etats-Unis suite aux nombreux rapports de tortures et de mauvais traitements infligés aux prisonniers détenus sans procès ni accès à un avocat, dont certains totalement innocents.

La base de Guantanamo, objet de conflit avec Cuba

Alors que les relations entre les Etats-Unis et Cuba se sont détendues, que la diplomatie a repris et que les ambassades réciproques ont été réouvertes, le sujet du camp de Guantanamo est revenu sur le tapis. Bruno Rodriguez, le ministre des affaires étrangères cubain, a notamment déclaré que les terres sur lesquelles se dresse le camp de Guantanamo sont "illégalement occupées".

Barack Obama avait promis qu'il ferait fermer la prison de Guantanamo et le porte-parole de la Maison Blanche a déclaré hier que "l'administration met en fait la dernière main à la préparation d'un plan visant à (fermer) de manière responsable et sûre la prison de Guantanamo et à le présenter au Congrès". Mais avoir un plan pour fermer le centre de détention ne sera pas suffisant pour que celui-ci ferme enfin ses portes.

Le point le plus délicat du plan : convaincre les républicains

Barack Obama qui dès 2009 souhaitait fermer au plus vite Guantanamo n'a jamais pu faire aboutir son projet. Les républicains, majoritaires au Sénat et au congrès s'y opposant fermement. Les républicains ont notamment dressé des obstacles législatifs afin d'éviter le transfert de prisonniers vers les Etats-Unis ou l'étranger.

Actuellement, la prison renferme 116 prisonniers, la plupart sans procès. Guantanamo Bay est une base américaine installée à Cuba depuis 1903. La prison elle, n'a été construite qu'un an après les attentats du 11 septembre pour y incarcérer les prisonniers de la guerre contre le terrorisme des Etats-Unis. 780 prisonniers y sont passés. Le centre de détention est particulièrement critiqué par les associations de défense des droits de la personne qui dénoncent les nombreux mauvais traitements infligés, la torture ne servant à rien dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Partager cet article

Pour en savoir plus