Journée mondiale du cœur : stress et cigarette, de mauvais alliés

Par , publié le
Santé Cœur humain
Cœur humain

La Journée mondial du cœur se tenant en ce jeudi 29 septembre apparaît telle une parfaite occasion de rappeler les meilleurs moyens de prévenir des soucis cardiaques.

S'ils peuvent apparaître évidents, il convient cependant de les respecter afin de les rendre pertinents. Les conseils aidant à prévenir des problèmes cardiaques, pour la plupart d'entre eux, tombent ainsi sous le sens, quand d'autres requièrent toutefois de la réflexion pour les valider ou non.

À l'occasion de la Journée mondial du cœur qui se tient en ce jeudi 29 septembre, nos confrères de Santé Magazine délivrent cinq recommandations dont la plupart peuvent être assez facilement appliquées par tout un chacun. À commencer par des apports en sel limités. La prudence ne doit cependant pas être uniquement observée sur les ajouts manuels, mais également sur les aliments en eux-mêmes. Car, comme l'indique l'OMS (Organisation mondiale de la santé), "dans bien des pays, 80% des apports en sel proviennent d’aliments transformés comme le pain, les fromages, les sauces en bocaux, les viandes fumées et les plats prêts à consommer".

Cœur : limiter le sel et le stress pour prévenir les problèmes

Le stress, notamment lorsqu'il est aigu, est également à réduire le plus possible pour assurer une bonne santé à son organe vital. En effet, "33% des infarctus ont le stress comme facteur principal" selon la Fédération Française de Cardiologie (FFC).

Autre conseil pour protéger son cœur, exclure la cigarette de son quotidien. Les effets négatifs de sa consommation s'observent ainsi assez vite, celle-ci pouvant être à l'origine sur le court terme "de spasmes des artères (rétrécissement brutal)", de "formation de caillot" et de "troubles du rythme cardiaque". Et la FFC d'indiquer que sur le long terme, les artères sont progressivement détériorées "et de façon d’autant plus rapide et importante que vous présentez d’autres facteurs de risque".

L'activité physique et un sommeil à respecter

La pratique sportive est de même recommandée, la FFC soulignant qu'un manque d'activité physique et le maintien d'une position assise "sont un facteur de développement de risque cardio-vasculaire, comme l’hypertension artérielle et le diabète".

Il est enfin conseillé de respecter un rythme de sommeil régulier compris entre 7 et 8 heures, sous peine de favoriser des risques cardiovasculaires tels que le surpoids, l'hypertension ou encore une hausse des triglycérides.

Crédits photos : CLIPAREA l Custom media / Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus