Jean-François Copé fustige Sarkozy, ce mec qui n’a rien de vrai

Par , publié le
France
Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy lors du premier débat télévisé de la primaire de la droite, le 13 octobre 2016 dans les studios de TF1 à La Plaine-Saint-Denis

Interrogé par nos confrères, le maire de Meaux n’a pas mâché ses propos lorsqu’il évoque l’ancien chef de l’Etat. Déplorant l’attitude de Sarkozy, Copé s’est montré particulièrement offensif.

Dans une interview donnée au journal « L’Opinion », Jean-François Copé s’en est vertement pris à son concurrent Nicolas Sarkozy, préférant même parler de « ce mec ». Le maire de Meaux a particulièrement dénoncé l’aspect bonimenteur et faux de son concurrent pour la primaire de la droite pour l’élection présidentielle.

Copé préfère appeler Nicolas Sarkozy « Le mec »

Selon les propos rapportés par « L’Opinion », le député de Seine-et-Marne a tiré à boulets rouges sur l’ancien hôte de l’Elysée. Jean-François Copé a notamment dénoncé la fausseté de son concurrent à la primaire de la droite : « Tout le monde lui ment parce qu'il ne supporte pas la contradiction. Ce mec, il n'a rien de vrai. C'est terrible, tout est organisé. C'est un univers factice. C'est un remarquable hâbleur, un bonimenteur ».

Très à la peine dans les sondages, Jean-François Copé semble désormais davantage faire campagne contre Nicolas Sarkozy que pour lui : « Moi j’ai tourné sa page à lui, c’est fini. Qu’est-ce que vous voulez faire quand vous voyez ça ? Vous vous dites que ce n’est pas possible pour la France. Ce n’est même pas pour moi, je m’en fiche. Mais ne serait-ce que de parler de référendums, ce n’est pas responsable. Le mec nous donne des leçons de chef d’Etat toute la journée, il y a le Brexit et il ne dit rien ».

Jean-François Copé se dit consterné par les propos de Sarkozy

Durant une interview, hier, avec nos confrères de France 24 et de RFI, Jean-François Copé a souligné sa consternation après les propos tenus par Nicolas Sarkozy. S’exprimant sur la déclaration du candidat malheureux à la présidentielle de 2012 concernant la double ration de frites à la cantine pour les élèves ne consommant pas de porc, M. Copé a montré son affliction : « Je suis consterné par cela, parce que j'ai une approche qui est très différente de tout cela ».

Celui qui fut le président de l’UMP de 2012 à 2014 s’est appuyé sur son expérience de maire de Meaux pour dénoncer les propos de Sarkozy : « Je suis quand même obligé de vous dire que dans la vie quotidienne, pour des milliers d'enfants, notamment dans les quartiers sensibles de notre pays, le menu de la cantine c'est parfois le seul menu équilibré de la journée » avant d’ajouter : « Si des enfants ne mangent pas de porc, ce qui est quand même leur droit, et cela ne veut pas dire qu'ils vont devenir djihadistes, eh bien s'il n'y a que du porc ils ne mangeront rien » et de conclure : « C'est de l'équilibre alimentaire. Il s'agit des enfants ».

Pour rappel, Nicolas Sarkozy avait demandé s’il fallait offrir « double ration de frites » aux élèves ne consommant pas de jambon au nom du principe de laïcité. Des propos raillés par de nombreuses personnalités politiques.

Crédits photos : © POOL/AFP PHILIPPE WOJAZER

Partager cet article