Incendie des calanques à Marseille : un mineur a avoué sa responsabilité

Par , publié le
Faits Divers Des pompiers en intervention (photo d'illustration)
Des pompiers en intervention (photo d'illustration)

Vendredi, l'auteur présumé de l'incendie des calanques à Marseille a été arrêté. Il s'agit d'un mineur de 15 ans qui, selon ses dires, souhaitait seulement "jouer" sans intention de provoquer un tel sinistre.

L'enquête déterminera si oui ou non le suspect arrêté vendredi est bien à l'origine de l'incendie des calanques survenu le 5 septembre dernier à Marseille. L'individu supposément responsable du sinistre est un mineur "âgé de 15 ans" originaire du quartier de Luminy.

Nos confrères de France 3 Provence-Alpes rapportent que le jeune homme s'est ainsi attribué le départ de feu. Pour rappel, l'incendie en question avait, il y a maintenant près de deux semaines, détruit 350 hectares aux environs de la Gineste et de Luminy, aux portes de la cité phocéenne.

L'auteur présumé de l'incendie des calanques voulait "jouer"

Les flammes auront également partiellement ravagé des écosystèmes protégés au sein du Parc national des calanques. Une source proche du dossier a indiqué que l'enquête, confiée aux policiers de la sûreté départementale des Bouches-du-Rhône, s'est attachée à un recueil "minutieux" des témoignages des riverains de Luminy.

Des déclarations qui auront vraisemblablement abouti à désigner ce mineur de 15 ans comme un potentiel suspect. Selon ses dires, le jeune homme avait simplement "joué" et il n'était pas de son intention de provoquer un tel drame. Il aurait ainsi "voulu tester un nouveau briquet", en déclarant de même "que le feu s'est propagé à un buisson et que malgré ses efforts pour l'éteindre et ses appels au secours, les flammes sont devenues incontrôlables". Après avoir passé 24 heures en garde à vue, il était attendu que le mineur soit déferré samedi devant un magistrat.

Marseille : un drame sans victime humaine

En dépit de la lourdeur des dégâts matériels observée, le sinistre n'aura dégradé aucune habitation ni fait la moindre victime humaine. Un bilan pouvant notamment découler d'une importante mobilisation des autorités compétentes.

Seront ainsi intervenus sur les lieux 860 marins-pompiers, avec la sollicitation de 250 véhicules, d'avions bombardiers d'eau et d'hélicoptères pour parvenir à circonscrire le feu dans un corridor. Si l'incendie avait atteint la mer, les dommages auraient pu se révéler particulièrement notables autant pour la faune que pour la flore.

Crédits photos : sandyman/shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus